International
URL courte
3171
S'abonner

Suite aux nouvelles allégations du parquet polonais, selon lesquelles l’avion qui transportait le Président Kaczynski aurait explosé avant de s’écraser, le Kremlin a dit ignorer les faits sur lesquels la justice polonaise se fonde, puisque les enregistrements prélevés sur l’avion Tu-154 ne montrent aucun signe d’une explosion.

Au Kremlin on ignore sur quoi la deuxième commission d'enquête polonaise a fondé ses conclusions selon lesquelles le crash de l'avion du Président polonais Lech Kaczynski en 2010 serait dû à une explosion.

D'après Dmitri Peskov, porte-parole du Président russe, aucune preuve ne vient étayer la théorie récemment avancée par la justice polonaise. Ainsi, à la question des journalistes de savoir si le Kremlin pouvait commenter ce rebondissement, M. Peskov a répondu par la négative :

« Nous ne savons pas par quoi a été guidée cette commission, sur quoi elle s'est fondée pour tirer ses conclusions. L'enquête possède des données précises, ainsi que l'enregistrement des conversations à bord de l'avion, les enregistrements des pilotes et des contrôleurs aériens qui ne contiennent aucun signe pouvant appuyer cette thèse [de l'explosion, ndlr] », a déclaré le porte-parole du Président russe Dmitri Peskov.

La deuxième commission d'enquête polonaise dirigée par Waclaw Berczynski a affirmé lundi que le Tu-154 présidentiel avait explosé avant de s'écraser. Cependant, selon Maciej Lasek, un des chefs de la première commission gouvernementale chargée d'établir les causes de la catastrophe, aucune explosion ne s'est produite à bord de l'avion Tupolev Tu-154M. D'après lui, les experts « ont définitivement exclu toute trace d'explosifs ». En outre, « l'enregistreur vocal du Tu-154 ne contient aucun son d'explosion et l'enregistreur des données de vol ne fait pas état d'une montée de pression ».

La nouvelle commission polonaise, qui met en doute les résultats de la première commission de Jerzy Miller, a été mise en place en 2016 sur l'initiative du ministre de la Défense Antoni Macierewic. Le ministre défend depuis plusieurs années l'idée de l'implication des autorités russes dans cette tragédie. Rejetées par Moscou, ces accusations sont en outre considérées comme partiales par certains hommes politiques polonais. 

Pour rappel, la catastrophe survenue le 10 avril 2010 dans la région de Smolensk a coûté la vie au Président polonais Lech Kaczynski et à 95 autres personnes. L'épouse du chef de l'État ainsi que des représentants du gouvernement polonais se trouvaient également à bord.

Début 2011, le Comité interétatique de l'aviation a rendu public un rapport sur les causes du crash. Selon ce rapport, l'avion s'est écrasé à cause de la décision de l'équipage de ne pas se diriger vers l'aéroport de secours.

En 2016, la chaîne de télévision polonaise TVN24 a publié des extraits de l'enregistrement sur lesquels on entend que les pilotes ignorent les avertissements des contrôleurs aériens et que des personnes font régulièrement irruption dans la cabine de pilotage.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Un coup d'État a échoué au Soudan
L'Azerbaïdjan intercepte plus d'une demi tonne d'héroïne destinée à l'Europe
La France obtient le soutien des Européens face à Washington
Le PM australien ne s'entretiendra pas avec Macron à New York
Tags:
Actualités, International, Crash de l'avion de Lech Kaczynski près de Smolensk, Russie, Pologne, Moscou, Dmitri Peskov, Kremlin, crash d'avion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook