International
URL courte
3117
S'abonner

Le dispositif déployé par Google pour lutter contre les fake news risque d’avoir des effets secondaires, met en garde un député du Bundestag qui s’interroge sur l’impartialité de cet algorithme. Ne participera-t-il pas en effet à renforcer davantage les médias mainstream au détriment de ceux qui offrent un point de vue alternatif?

Le nouveau mécanisme mis en place par Google afin de vérifier les actualités et lutter contre les fake news, sera-t-il impartial? Le député Die Linke (La Gauche) au Bundestag et membre du comité parlementaire sur la Défense, Alexander Neu, voit d'un œil plutôt sceptique cette initiative du géant américain et subodore le parti pris.

« Ce nouvel outil n'est certainement pas en mesure de garantir un travail impartial, ce n'est tout simplement pas possible », estime-t-il, avant de mettre en garde: « Finalement, il n'y aura que des actualités occidentales provenant des médias mainstream qui seront classées "vraies" et ceux-ci resteront les seul à produire les nouvelles. »

Parmi les entreprises déjà inscrites dans la liste des « contrôleurs », figurent à ce jour 115 noms, dont BBC, CNN, The Guardian, The New York Times, à qui il est pourtant arrivé de publier des informations mensongères. Accusés par Donald Trump de diffuser des fakes, plusieurs médias, dont le New York Times, CNN, le Los Angeles Times, Hill, Politico, BuzzFeed, le Daily Mail, la BBC et d'autres se sont vus refusés d'assister à un point de presse tenu en février à la Maison-Blanche.

Interrogé par Sputnik pour savoir si Google envisageait de prendre en considération les ressources provenant de l'Internet russe, y compris les médias russe, le géant du web a assuré que tout site qui correspondait à ses exigences pourrait participer à la vérification.

En octobre 2016, Google a annoncé l'apparition d'une nouvelle fonctionnalité de vérification pour Google News, mais celle-ci n'était à l'époque disponible que pour les applications Google pour iOS et Android sur les territoires des États-Unis et du Royaume-Uni.

Actuellement, selon Google, la compagnie a pris la décision d'élargir le domaine de contrôle pour toutes les demandes lancées sur Google News ainsi que sur le serveur de Google en plusieurs langues.

Ainsi, après vérification des informations, à côté des articles, on pourra voir la mention « Fact Check » (« vérification des faits », ndlr), suivie d'un commentaire concernant la crédibilité de l'information.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Les robots, devenus les journalistes de demain, écriront-ils des fake news?
Selon l’Otan, «les fake news» pourraient être qualifiées d’attaque contre l’Alliance
Pour Trump, ses liens avec la Russie ne sont qu’un fake
Caricatures: Macron se prononce pour la première fois depuis la polémique sur ses propos
Tags:
désinformation, Google
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook