Ecoutez Radio Sputnik
    marché esclavagiste

    Un véritable marché aux réfugiés mis au jour en Libye

    © Photo. pixabay
    International
    URL courte
    19232

    Sur la route en direction de l’Europe, des milliers de migrants et réfugiés sont pris au piège et vendus. Un nouveau marché esclavagiste vient d’être découvert en Libye par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

    Un marché esclavagiste a été mis au jour dans une ville du sud-ouest de Libye, où des migrants et réfugiés espérant gagner l'Europe via la mer Méditerrané sont vendus au plus offrant, a rapporté l'Organisation internationale pour les migrations ce mardi 11 avril.

    « Des migrants en provenance du sud du Sahara sont achetés et vendus par des Libyens avec le soutien des citoyens du Ghana et du Niger, qui travaillent pour eux », a fait savoir le porte-parole de l'Organisation internationale pour les migrations Joel Millman.

    L'OIM est en train d'interroger des migrants en provenance de Libye via des centres transitaires à Niamey et Agadez pour recueillir des informations sur le sujet.

    « Ces derniers jours, j'ai parlé avec quelques réfugiés qui m'ont raconté des histoires horrifiantes. Ils ont confirmé qu'ils couraient bien le risque d'être vendus en tant qu'esclave sur des places ou dans des garages à Sebha », a souligné Joel Millman citant un des collaborateurs de l'OIM basé au Niger.

    Selon lui, la vente est effectuée par des passeurs ainsi que par des habitants locaux qui ramènent des migrants pour effectuer des travaux de construction dans la ville. Au lieu de les payer, ils les vendent à de nouveaux acheteurs.

    M. Millman a ajouté que certains migrants, majoritairement des habitants du Niger, du Ghana ou de la Gambie, sont forcés à travailler en tant que voleurs, marchands d'esclaves ou encore gardiens dans des maisons ou sur les marchés.

    Des collaborateurs de l'Organisation internationale pour les migrations en Libye ont également reçu des informations sur la vente d'esclaves dans ce pays.

    D'après eux, les personnes retenues par des contrebandiers sont victimes de violences, de harcèlements sexuels et souffrent de malnutrition. Beaucoup d'entre eux y perdent la vie et sont enterrés dans le désert.

    « La situation est terrible. Plus nous travaillons en Libye, plus nous comprenons que ce pays est une vallée des larmes pour des migrants », a commenté le directeur du Département des opérations et des situations d'urgence de l'OIM Mohammed Abdiker.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un maillot de Messi pour une ancienne esclave sexuelle de Daech
    Vendue comme esclave pour 13 euros, elle retrouve la liberté
    Le "Schindler kurde" libère encore une esclave sexuelle de Daech (vidéo)
    Tags:
    marché noir, esclavage, violences, Joel Millman, Ghana, Méditerranée, Sahara, Libye, Niger
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik