Ecoutez Radio Sputnik
    Lavrov

    Lavrov: la Russie ne défend pas Assad, c’est aux Syriens de se mettre d’accord

    © Sputnik. Vitaliy Belousov
    International
    URL courte
    293650480

    Les Syriens doivent décider eux-mêmes qui gouvernera leur pays, Assad ou un autre dirigeant, d’après le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Toutefois, Moscou soupçonne que les États-Unis ménagent le Front al-Nosra pour renverser le gouvernement d’Assad par la force.

    La Russie ne mise pas sur le Président syrien Bachar el-Assad, c'est le peuple syrien qui doit décider, a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'issue de sa rencontre avec le secrétaire d'État américain Rex Tillerson et le Président russe Vladimir Poutine au Kremlin.

    « Nous ne misons sur personne, ni sur le Président Assad ni sur quelqu'un d'autre », a indiqué le ministre.

    Selon lui, tous les Syriens « doivent se mettre à la table des négociations et se mettre d'accord comme c'était prévu par une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu ».

    D'autre part, la Russie soupçonne que les États-Unis ménagent les terroristes du Front al-Nosra en Syrie pour renverser le Président Assad par la force.

    La coalition internationale dirigée par les États-Unis « n'a pas en fait œuvré pour la réalisation de sa mission initiale, elle n'a pas lutté contre Daech et le Front al-Nosra avant l'arrivée des Troupes aérospatiales russes », a ajouté le ministre.

    Et même après l'entrée en scène de la Russie, les frappes de la coalition américaine n'ont visé que les positions de Daech.

    « Le Front al-Nosra a toujours été épargné. Nous soupçonnons et personne n'a encore pu dissiper ces doutes, qu'on ménage le Front al-Nosra pour l'instrumentaliser lors d'un plan B appelé à renverser Bachar al-Assad par la force », a déclaré Sergueï Lavrov.

    Or, ce scénario risque de conduire à une défaite face à Daech, d'après le ministre.

    « Il faut voir les menaces communes, elles sont évidentes. Si on lutte effectivement contre Daech et si on peut détruire ce groupe terroriste sans renverser le gouvernement syrien, il y a toujours un risque de perdre face à Daech en cas de chute du gouvernement. Écoutons le sens commun et non les émotions », a noté M. Lavrov.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Syrie serait «mise en miettes» si Bachar el-Assad démissionnait
    Député français: «pas de solution en Syrie sans le président Assad»
    Tags:
    crise syrienne, Front al-Nosra, Bachar el-Assad, Sergueï Lavrov, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik