Ecoutez Radio Sputnik
    Conseil de sécurité de l'Onu

    Lavrov: La Russie ne soutiendra pas les accusations gratuites contre Damas

    UN Photo / Rick Bajornas / Fotos Públicas
    International
    URL courte
    35571

    Suite au veto russe opposé hier au projet de résolution sur l’attaque chimique en Syrie, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a affirmé que la Russie ne permettrait pas d’adopter une résolution qui accuserait les autorités syriennes sans présenter suffisamment de preuves.

    Moscou exige une enquête sur l'attaque chimique de Khan Cheikhoun et ne soutiendra pas les tentatives de faire passer « en douce » une résolution accusant Damas sans preuves, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    « Nous ne pouvons pas soutenir et ne soutiendrons pas les tentatives d'adopter une résolution au Conseil de sécurité de l'Onu accusant gratuitement, en douce, et sans aucune enquête les autorités syriennes », a-t-il affirmé.

    Il a ajouté que Moscou était opposé à l'adoption d'une résolution qui ne prévoyait pas l'envoi d'experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sur le terrain en Syrie.

    De son côté, l'ambassadeur adjoint de la Russie à l'Onu, Vladimir Safronkov, a dénoncé hier au Conseil de sécurité de l'Onu la passivité de l'OIAC dont les experts ne se sont toujours pas rendus sur les lieux de l'attaque chimique présumée pour mener l'enquête.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Russie appelle à créer une coalition pour le déminage en Syrie
    La Russie bloque une résolution sur la Syrie au CS de l'Onu
    Attaque chimique: Damas prêt à accueillir les inspecteurs de l'OIAC
    Tags:
    résolution, ONU, Sergueï Lavrov, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik