Ecoutez Radio Sputnik
    Anti-thaad

    Frappe préventive contre Pyongyang: préparation d’une guerre ou publicité pour Trump?

    © AP Photo / Lee Jin-man
    International
    URL courte
    11305

    Tokyo et Séoul, principaux alliés de Washington en Asie-Pacifique, ne regardent cependant pas de la même façon le déploiement du système antimissile américain THAAD dans la péninsule de Corée, situation que Sputnik a demandé de commenter à des experts.

    Tokyo salue l'attitude de l'administration du Président américain Donald Trump qui n'exclut pas l'usage de la force militaire contre la Corée du Nord, alors que Séoul se déclare opposé à une attaque préventive des États-Unis. Pourquoi ? Sputnik en a demandé l'explication à des analystes.

    « Tout y dépend de la distance. En cas de coup préventif contre la Corée du Nord, Séoul risquerait beaucoup plus que le Japon. Pour atteindre le territoire sud-coréen, les missiles nord-coréens n'ont à survoler que 60 km tout au plus, alors que le Japon se trouve à plus de 1 000 km », a déclaré Viktor Pavliatenko, du Centre des études japonaises de l'Institut russe de l'Extrême-Orient.

    Et d'ajouter que les différentes positions du Japon et de la Corée du Sud sur les conséquences éventuelles d'une attaque préventive sur la Corée du Nord montraient bien que la triple alliance Washington-Séoul-Tokyo en Asie-Pacifique était loin d'être monolithique.

    « Il est évident que, sur fond d'esbroufe médiatique autour de la frappe balistique américaine contre la Syrie, Donald Trump voudrait s'affirmer en tant que "Président résolu", même si sous le Président Obama, l'appui américain permettait à la Corée du Sud d'augmenter sa puissance militaire. En même temps, cet appui n'était pas lourd d'une attaque imprévisible et non concertée avec les alliés contre la Corée du Nord, dès lors le comportement de M. Trump est pratiquement imprévisible », a indiqué Alexandre Jebine, chef du Centre des études coréennes du même institut moscovite.

    Et de prévenir que si le Président américain agissait avec fermeté, cela pourrait tourner à une catastrophe pure et simple pour toute la péninsule coréenne.

    Le spécialiste rappelle qu'il y a une trentaine de réacteurs nucléaires en Corée du Sud, et que même des bombes et des obus conventionnels pourraient détruire plusieurs de ces centrales.

    « Comme résultat, cinq à six Tchernobyls sur un territoire de quelque 99 km2 qui peut d'un coup devenir invivable […]. N'est-ce pas là une preuve du souci qu'ont les Américains pour le bien-être de leurs alliés. Et compte tenu des récents événements en Syrie, une pareille aventure américaine dans la péninsule de Corée n'est pas à exclure », a souligné l'interlocuteur de Sputnik.

    Selon lui, il s'agirait alors d'un scénario de loin plus dangereux que la frappe spectaculaire contre la Syrie, car les Tomahawk américains se dirigeraient dans ce cas vers les frontières de la Russie et de la Chine.

    « La Russie n'attendrait certes pas que ces missiles américains atteignent par erreur son territoire et serait contrainte de les abattre au-dessus de la Corée du Nord », a précisé M. Jebine, en espérant que, dans ces conditions, les États-Unis se limiteront à des déclarations tapageuses à l'encontre de Pyongyang, en évitant des actes concrets.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Frappe nucléaire préventive US, joue-t-on à se faire peur?
    Pyongyang menace les USA et le Japon d'une frappe nucléaire préventive
    Séoul a mis au point un plan de frappe préventive contre la Corée du Nord
    Tags:
    président, frappe préventive, réacteur thermonucléaire, système antimissile THAAD, Sputnik, Barack Obama, Alexandre Jebine, Viktor Pavliatenko, Donald Trump, Tchernobyl, Chine, Russie, Péninsule de Corée, Corée du Nord, Corée du Sud, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik