Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Lavrov-Tillerson: le dossier ukrainien passe à la trappe

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    15312

    La plupart de l'entretien des chefs de diplomatie russe et américain a été consacrée à la Syrie, l'Ukraine n'ayant pratiquement pas été évoquée.

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue américain Rex Tillerson ont consacré au dossier syrien 99% du temps de leur entretien à Moscou, l'Ukraine n'ayant pratiquement pas été évoquée, ont déclaré à l'Agence Sputnik deux sources diplomatiques russes présentes à l'entretien.

    « Essentiellement, l'entretien concernait la Syrie. Réellement, ce dossier a pris 99% du temps de l'entretien », a indiqué un interlocuteur de l'agence.

    A la question de savoir si les chefs de diplomatie avaient évoqué l'Ukraine, l'interlocuteur a répondu: « Pratiquement pas».

    Rex Tillerson s'est pour la première fois rendu à Moscou en tant que secrétaire d'Etat pour s'entretenir avec son homologue russe Sergueï Lavrov.

    Après leur entretien, les ministres ont été reçus par le chef de l'Etat russe.

    Les entretiens entre le Président russe Vladimir Poutine, Tillerson et Lavrov à Moscou ont duré plus de deux heures. Les interlocuteurs ont reconnu que la Russie et les Etats-Unis avaient intérêt à régler la crise syrienne par des moyens politiques.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Lavrov lève le voile sur la rencontre Poutine-Tillerson
    Rex Tillerson à Moscou: quel bilan?
    Trump a suivi en direct la rencontre Lavrov- Tillerson
    Tags:
    dossier syrien, Rex Tillerson, Sergueï Lavrov, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik