Ecoutez Radio Sputnik
    Lyon

    Lyon-Besiktas: on savait que ça allait se passer mais on n’a pas pu l’empêcher

    © AFP 2019 Philippe Desmazes
    International
    URL courte
    14410

    «Les incidents ont été prévus et anticipés» vu la ferveur du public turc, c’est ainsi que Vincent Duluc, journaliste, présent aux tribunes, a commenté à Sputnik les heurts qui ont éclaté à Lyon entre des supporteurs turcs et la police avant le match de Ligue Europa.

    Hier, lors du quart de finale de la Ligue Europa qui opposait à Lyon, l'Olympique lyonnais au Besiktas Istanbul, des rixes entre supporteurs en amont du match ainsi que dans le stade ont émaillé l'évènement sportif, causant l'envahissement de la pelouse par les fans français. Pétards agricoles et fumigènes ont été utilisés par les supporteurs turcs. Vincent Duluc, journaliste sportif à L'Équipe spécialisé sur le football revient sur les faits pour Sputnik.

    « Je pense que les incidents ont été prévus et anticipés. On savait tous que ça allait se passer comme ça et personne n'a pu l'empêcher », a-t-il expliqué à Sputnik en rajoutant que ce cas ne ressemble aucunement aux confrontations qui ont eu lieu à Marseille l'année dernière.

    D'après lui, cette mésaventure lyonnaise avait une bonne part de fatalité car il était impossible de refuser de vendre des places à des supporteurs turcs. Cependant, pour lui, Lyon aurait dû sanctuariser un peu mieux ses virages de supporteurs et ne pas laisser une vente publique aussi facile aux supporteurs de troisième niveau qui se situaient au-dessus de son Virage Sud.

    « Le vrai problème c'est évidemment la ferveur du public turc qui avait acheté à peu près 20 000 places sur les 60 000 du stade », a-t-il affirmé.

    Selon le journaliste, la réputation des supporteurs turcs est bien connue tandis que leur réaction est assez prévisible.

    « Avec les supporteurs turcs, c'est toujours la même chose, on ne peut pas leur reprocher leur passion. Alors ils ont une passion débordante, la diaspora vient de toute l'Europe pour assister à chaque match européen, c'est toujours la même chose, la même chose en basket et en foot », a-t-il marqué en rajoutant cependant qu'il y a souvent eu des incidents comme ça « qui sont liés pas seulement aux Turcs […] mais aussi au fait que certains supporteurs lyonnais se sont mal comportés hier soir ».

    Pour lui, au Parc OL, c'était du «grand n'importe quoi ». Le match aurait pu être annulé si le Président de Lyon Jean-Michel Aulas n'était pas descendu sur le terrain pour calmer son Virage Sud et faire en sorte que les choses se passent normalement.

    ​Toutefois, à en croire M. Duluc, une erreur a été commise lors de l'organisation du match car il aurait fallu être plus rigoureux dans la vente des places.

    « L'erreur a été de faire de ses propres supporteurs du Virage Sud une cible pour les supporteurs turcs qui étaient au-dessus mais du coup ça pointe une responsabilité qui est double: Lyon a fait une erreur mais pour le coup les coupables sont les supporteurs turcs du troisième niveau qui ont lancé des pétards agricoles et des fumigènes sur les supporteurs lyonnais en contrebas. Ce qui pointe un autre problème, c'est qu'il était annoncé que des fouilles auraient lieu à l'entrée du stade […] et on a vu à la sortie qu'il y a eu des bagarres à coup de drapeaux que tous les projectiles sont rentrés donc ça pointe une faille de la sécurité », a-t-il expliqué.

    ​Dans le même temps, selon le journaliste, pour le match retour à Istanbul, on pourrait s'attendre à une ambiance complètement différente car il n'y aura pas de supporteurs lyonnais.

    « La situation en Turquie est telle que le gouvernement français a fait la recommandation que les supporteurs lyonnais ne se déplacent pas […]. Tout se passera bien. La seule réserve qu'on puisse avoir dans un pays qui est quand même instable et qui avait vu les Lyonnais pris dans le chaos du coup d'État l'été dernier quand ils sont venus jouer un match amical qu'ils n'avaient pas pu jouer, dimanche il y a le référendum en Turquie et personne ne peut savoir quelle sera l'atmosphère des jours qui vont suivre à Istanbul et ailleurs… », a-t-il conclu.

    De violents incidents ont éclaté le 13 avril à Lyon (Rhône) entre des supporteurs turcs et la police avant le match de Ligue Europa entre l'Olympique lyonnais (OL) et le Besiktas. Des spectateurs lyonnais ont envahi la pelouse quinze minutes avant le match pour se mettre à l'abri des supporteurs turcs les plus violents qui jetaient des projectiles et pétards du haut des tribunes. La police a été obligée d'avoir recours aux gaz lacrymogènes. Le match a été placé au niveau maximum de risque (4 sur 4) par les autorités françaises.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Echauffourées entre supporters anglais et russes à Marseille (Vidéo)
    Bientôt un nouveau documentaire de la BBC? Des hooligans anglais vandalisent Madrid
    A Marseille, des "supporters russes" pas si russes que ça
    Marseille: tous les supporters russes mis en examen, femmes et chauffeurs compris
    Et les hooligans britanniques? Le film de la BBC vu d'Italie
    «Armée de hooligans russes»: le Kremlin ne regardera pas le film de la BBC
    Football: les hooligans russes bientôt interdits de sortie du territoire
    Euro 2016: la police perquisitionne l'hôtel des supporters russes à Marseille
    35 blessés dans les violences à Marseille, un homme entre la vie et la mort
    Tags:
    Lyon, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik