Ecoutez Radio Sputnik
    North Korean leader Kim Jong Un arrives for an opening ceremony of a newly constructed residential complex in Ryomyong street in Pyongyang, North Korea April 13, 2017

    En invitant des journalistes étrangers, Pyongyang veut-il se protéger d’une frappe US?

    © REUTERS / Damir Sagolj
    International
    URL courte
    7211
    S'abonner

    Face au déploiement d’un groupe aéronaval américain au large de son littoral et à la montée des tensions autour de son programme nucléaire et balistique, Pyongyang répond par l’invitation de 200 journalistes étrangers, représentant notamment les médias américains CNN et AP ainsi que la chaîne de télévision japonaise NHK.

    Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, les journalistes doivent arriver à Pyongyang depuis Pékin à bord d'un avion de la compagnie nord-coréenne Air Koryo et seront hébergés dans les hôtels Koryo et Yanggakdo. Les journalistes auront au programme des visites de chantiers et de curiosités de Pyongyang, des entretiens avec les habitants et des voyages à travers le pays.

    Tous les 15 avril, la Corée du Nord célèbre sa principale fête nationale, le Jour du Soleil, en l'honneur de la naissance de Kim Il-sung, premier Président de la Corée du Nord et grand-père du dirigeant nord-coréen actuel Kim Jong-un.

    Yonhap rappelle que ces derniers temps, les journalistes étrangers ont été autorisés à couvrir des événements en Corée du Nord, par exemple en avril 2012 pendant le lancement du satellite Kwangmyongsong 2, en 2013 à l'occasion du 60e anniversaire de la fin de la guerre de Corée, en octobre 2015 à l'occasion du 70e anniversaire du Parti des travailleurs de Corée et en mai 2016 pendant un congrès de ce parti.

    À Séoul, on suppose que cette fois les journalistes assisteront au défilé militaire et, peut-être, aux essais d'un nouveau missile balistique. Pendant le défilé, ils pourront voir non seulement les missiles KN-08 et KN-14, mais aussi des missiles balistiques mer-sol tirés depuis des sous-marins.

    L'agence Yonhap n'exclut pas cependant que Pyongyang tente de se protéger de cette façon contre une frappe américaine dont on parle ces derniers temps au Japon et en Corée du Sud. Un groupe aéronaval américain conduit par le porte-avions USS Carl Vinson est entré en mer du Japon, bien que les buts de sa mission ne soient pas encore dévoilés.

    Le Président américain Donald Trump avait déclaré précédemment que tous les scénarios possibles à l'égard de la Corée du Nord étaient envisagés. En outre, il avait informé le président chinois Xi Jinping que les États-Unis trouveraient eux-mêmes une façon d'arrêter les programmes balistique et nucléaire nord-coréens si la Chine ne les aidait pas à le faire.

    Le porte-avions américain Car Vinson envoyé dans la région de la péninsule coréenne embarque quelque 70 avions et hélicoptères de combat, dont 24 avions multi-rôle F/A18, dix ravitailleurs, dix avions anti-sous-marins S-3A,  six hélicoptères de lutte anti-sous-marine SH-3H, quatre avions de guerre électronique EA-6B et quatre avions de surveillance aérienne E-2. Outre le Carl Vinson, le groupe comprend le croiseur Lake Champlain et les destroyers Michael Murphy et Wayne E. Meyer dotés du système avancé anti-missile Aegis.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Pyongyang menace de «réduire en cendres» les bases US au Japon et en Corée du Sud
    Après la Syrie, des frappes US contre Pyongyang? Séoul veut calmer les rumeurs
    Pyongyang réagit à la frappe US contre la base aérienne en Syrie
    Pyongyang promet de «pulvériser» les USA à la moindre agression
    Tags:
    groupe naval, bouclier, invitation, journalistes, Aegis, USS Carl Vinson (porte-avions), Parti des travailleurs de Corée (PTC), Kim Jong-un, Kim Il-sung, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik