Ecoutez Radio Sputnik
    Conséquences des frappes aériennes US contre la base militaire Shayrat en Syrie

    Si tu veux la guerre, promets la paix: avec Trump, l'histoire se répète

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    8317
    S'abonner

    En ordonnant des frappes contre la base aérienne de Shayrat, Donald Trump a violé sa promesse de ne plus mêler les États-Unis aux guerres proche-orientales. Or, au cours des 50 dernières années, de telles volte-face sont plutôt de coutume pour les dirigeants US.

    Sans trop attendre, Donald Trump s'est joint au palmarès des dirigeants américains ayant, malgré leurs promesses, engagé le pays dans de nouveaux conflits militaires sans en avoir terminé avec les précédents.

    Lyndon Johnson et la guerre du Viêt Nam

    Après son élection, le 37e Président US promettait de ne pas s'ingérer dans le conflit au Viêt Nam, qui devait selon lui être réglé « par les gars asiatiques eux-mêmes ». Cependant, en 1964, les États-Unis se sont mis à bombarder les positions du Nord Viêt Nam avant de déployer un vaste contingent militaire en Asie du Sud-Est.

    Richard Nixon et l'invasion du Cambodge

    Ayant gagné les faveurs des électeurs par des promesses de mettre fin à la guerre très impopulaire du Viêt Nam, Richard Nixon a annoncé en avril 1970 l'intervention US au Cambodge suite à l'invasion du pays par les troupes nord-vietnamiennes. La décision a entraîné une nouvelle flambée de protestations aux États-Unis, alors que le retrait des militaires US du Vietnam ne s'est achevé qu'en 1973.

    Ronald Reagan et les Contras nicaraguayens

    Les Contras (« contre-révolutionnaires ») nicaraguayens, groupes armés en guerre contre le gouvernement sandiniste, bénéficiaient d'un financement américain direct, bien que le 40e Président US Ronald Reagan le démentisse. Dans un rapport publié en 1987, l'ONG Human Rights Watch a accusé les Contras de nombreux massacres de paysans, d'assassinats de fonctionnaires et de travailleurs humanitaires, ainsi que de viols.

    George W. Bush et la guerre en Irak

    En 2003, quelques mois après le début de l'invasion en Irak, George W. Bush a annoncé la fin des opérations militaires d'envergure dans le pays : « Mission Accomplished ! » (Mission accomplie). Cependant, les combats impliquant les militaires US se sont poursuivis en Irak pendant encore sept ans.

    Barack Obama et les guerres en Irak et en Afghanistan

    En 2008, Barack Obama promettait à ses partisans de mettre un terme à la guerre irakienne et de venir à bout d'Al-Qaïda en Afghanistan. Pourtant, en 2016, le Pentagone a constaté que les talibans afghans avaient réussi à rétablir leur contrôle sur le plus important territoire depuis le début des opérations américaines dans le pays. Un an auparavant, Washington avait reconnu que ses militaires continuaient à prendre part aux combats en Afghanistan.

    Donald Trump

    Donald Trump, qui déclarait son intention de faire sortir Washington de son rôle du « gendarme du monde », a commencé son mandat présidentiel par les frappes de missiles contre la base aérienne syrienne de Shayrat et le recours à la bombe hyperpuissante GRU-43B en Afghanistan. Samedi dernier, le chef de la Maison-Blanche a annoncé l'envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson, escorté par trois navires lance-missiles, dans l'objectif de dissuader Pyongyang de poursuivre ses programmes nucléaire et balistique.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Méga-bombe US: Washington prêt à tout pour impressionner Moscou
    Vidéo du largage sur l'Afghanistan de la plus puissante bombe non nucléaire US
    Donald Trump insulté depuis la stratosphère
    Trump: «La Russie est forte, mais les États-Unis sont très forts»
    Tags:
    promesses, conflit, guerre, hostilités, Lyndon Johnson, Donald Trump, Richard Nixon, Ronald Reagan, George W. Bush, Barack Obama, Afghanistan, Corée du Nord, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik