Ecoutez Radio Sputnik
    Drogue

    Qui protège les trafiquants de drogue au Vietnam?

    © AP Photo / Alexandre Meneghini
    International
    URL courte
    5172

    Amnesty International a publié un rapport sur le nombre d'exécutions dans le monde en 2016, relevant qu'au Vietnam, ce nombre était plus élevé qu’on ne l’imaginait jusqu'ici. Une situation commentée pour Sputnik par le politologue russe Vladimir Kolotov, professeur d’histoire des pays d’Asie de l’Est.

    Selon des médias vietnamiens, il y a eu 429 exécutions au Vietnam entre le 6 août 2013 et le 30 juin 2016. En moyenne, plus de 140 personnes y sont exécutées chaque année, ce qui est « choquant » pour le secrétaire général d'Amnesty International Salil Shetty, mais le politologue russe Vladimir Kolotov a déclaré à Sputnik que la sévérité de la législation était justifiée dans ce pays.

    Vietnam: huit trafiquants de drogue condamnés à mort
    © Photo: Flickr.com/elrentaplats/cc-by-nc-sa 3.0

    « La dureté de la législation est justifiée au Vietnam où le crime organisé n'existe pas et où il n'y a pas de terrorisme. Le trafic de drogue y est évidemment présent comme dans tous les pays d'Asie du Sud-Est, mais il n'est pas aussi omniprésent qu'aux Philippines, par exemple, où à peu près un tiers de la population est composée de toxicomanes », a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que quand les barons philippins de la drogue tuaient les gens, en leur vendant des stupéfiants, les militants des droits de l'homme en Occident se taisaient, mais que ces mêmes militants avaient invoqué la défense les droits de l'homme dès que le Président Duterte avait lancé une lutte intransigeante contre les trafiquants de drogue.

    « À mon avis, la défense des droits de l'homme n'est qu'un business pour ces politiciens hypocrites. Ils instrumentalisent cette idée, noble au départ, pour s'ingérer dans les affaires d'autres pays. Les pouvoirs en place en Yougoslavie, en Irak, en Libye et en Afghanistan ont été accusés de violations des droits de l'homme. Ils ont été renversés par l'Occident, et alors ? », a poursuivi l'expert.

    Selon ce dernier, ce sont les Britanniques, les Australiens et les Américains qui se soucient le plus des droits des trafiquants de drogue au Vietnam, oubliant sans doute que c'est justement la Grande-Bretagne qui avait importé de l'opium en Chine, qu'en Australie, au milieu du XXe siècle, les aborigènes étaient enchaînés, que les États-Unis devaient leur prospérité à la traite des esclaves et que la production de stupéfiants en Afghanistan s'est accrue de plusieurs fois sous les Américains.

    « Le Vietnam doit poursuivre sa politique de protection de la sécurité nationale, s'il écoute l'Occident et abroge la peine capitale, une vague de criminalité liée, entre autres, au trafic de drogue et à la corruption va déferler sur le pays, phénomène que nous avons malheureusement observé dans bien des pays, y compris en Russie », a conclu l'interlocuteur de Sputnik.

    Selon Amnesty International, le nombre d'exécutions est en baisse dans le monde. L'ONG constate dans son rapport qu'il y a eu 37 % d'exécutions en moins en 2016 que l'année précédente. Cela représente tout de même 1 032 personnes qui ont été tuées.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Afghanistan: six employés de l’ambassade US limogés pour consommation de drogue
    La peine de mort pour trafic de drogue bientôt introduite aux Philippines
    Vietnam : 30 trafiquants de drogue condamnés à mort
    Tags:
    toxicomanie, droits de l’homme, loi, ONG, peine de mort, exécution, drogue, Amnesty International, Sputnik, Rodrigo Duterte, Vladimir Kolotov, Salil Shetty, Asie du Sud-Est, Vietnam, Occident, Afghanistan, Libye, Yougoslavie, Royaume-Uni, Irak, Philippines, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik