Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de la Serbie

    La Serbie subit-elle une attaque diplomatique de l’Occident?

    © AFP 2018 Andrej Isakovic
    International
    URL courte
    6430

    L’élection présidentielle à peine achevée, des poids lourds politiques des États-Unis et de l’UE se sont déjà élancés à Belgrade, tout d’abord le sénateur américain John McCain et ensuite le chef de la diplomatie allemande Sigmar Gabriel, situation évaluée différemment par des experts serbes dans un entretien avec Sputnik.

    La Serbie a des possibilités politiques pour regrouper autour d'elle certaines forces au Monténégro, en République serbe de Bosnie et en Macédoine et, avec le soutien de la Russie, renforcer la coopération avec la Bulgarie, ce qui peut compromettre les plans à long terme des centres d'influence atlantiques dans cette partie de l'Europe, a déclaré à Sputnik Dusan Prorokovic, du Centre des alternatives stratégiques.

    « La politique extérieure de Belgrade se distingue de celle de ses voisins, ce qui est notamment illustré par ses relations avec Moscou, ainsi que sur l'exemple de la Syrie. La Serbie a été l'unique pays européen qui a répondu à l'appel de la Russie, en y envoyant une aide humanitaire en 2016. À mon avis, Belgrade a donné ainsi un signal politique explicite à Assad. La Serbie est aussi un partenaire stratégique de la Chine dans cette région », a relevé l'interlocuteur de l'agence.

    Et de conclure que les visites à Belgrade de John McCain et de Sigmar Gabriel pourraient être considérées comme une tentative d'instrumentaliser la politique extérieure serbe dans l'intérêt de l'Otan et de l'Union européenne.

    Or, le politologue Dragan Djukanovic interprète différemment ces visites.

    « Après l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, la politique américaine sur le volet balkanique ne change pas. Pour les États-Unis, l'adhésion de certains pays à l'Otan reste toujours une priorité. À l'heure actuelle, c'est le Monténégro qui est au centre de leur attention, et je ne vois pas que la Serbie soit soumise à une puissante pression, pour qu'elle change de position sur sa neutralité », a souligné M. Djukanovic.

    Selon lui, les visites à Belgrade du sénateur américain et du ministre allemand s'expliquent tout simplement pas le fait que la Serbie ne cesse de pratiquer une politique dans plusieurs directions, en s'appuyant à la fois sur Washington, Bruxelles et Moscou.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Serbie ne rejoindra aucun bloc militaire et restera neutre, selon Vucic
    L’Union européenne craint l’influence russe en Serbie
    La Serbie pourrait prendre part à la reconstruction d'après-guerre de la Syrie
    Tags:
    sénateur, ministre, adhésion, visite, politique, OTAN, Union européenne (UE), Dragan Djukanovic, Dusan Prorokovic, John McCain, Sigmar Gabriel, Monténégro, Belgrade, Moscou, Serbie, Syrie, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik