Ecoutez Radio Sputnik
    Turkish President Tayyip Erdogan leaves a voting booth at a polling station during a referendum in Istanbul, Turkey, April 16, 2017.

    Référendum en Turquie: Erdogan gagne à l’arraché et renonce à l’euro-intégration

    © REUTERS / Murad Sezer
    International
    URL courte
    1110

    La victoire du oui au référendum en Turquie organisé par le président Erdogan afin d’étendre ses pouvoirs marque l’abandon de la politique d’euro-intégration, selon le sénateur russe Konstantin Kossatchev.

    Le référendum sur la réforme constitutionnelle en Turquie qui s'est tenu dimanche 16 avril a apporté une victoire étriquée aux partisans du gouvernement présidentiel. D'après les données préliminaires, ils ont remporté 51,2 % des suffrages.

    « Les résultats du référendum en Turquie sont peu réconfortants pour Erdogan : la victoire du oui sur le non est trop étriquée. D'autre part, les résultats du Brexit leur ressemblent d'une manière étonnante, ce qui n'a pas empêché Theresa May de se lancer dans leur réalisation avec détermination et sans détour », a écrit sur Facebook le président de la commission des Affaires étrangères de la chambre haute du parlement russe Konstantin Kossatchev.

    Il souligne que, selon toute évidence, Recep Tayiip Erdogan non seulement cherche à renforcer son pouvoir personnel, mais aussi a abandonné la politique d'euro-intégration. En tout état de cause, la première réaction de Bruxelles ne laisse pas de doute : une Turquie de ce type n'a rien à faire dans l'UE.

    « Cela n'a rien de déconcertant pour le dirigeant turc : il juge les objectifs intérieurs beaucoup plus importants », signale le sénateur.

    L'un de ces objectifs consiste à surmonter la résistance de ses opposants assez influents, ceux qui ont tenté de perpétrer un coup d'État.

    « La résistance ira croissant de la part des Turcs influents orientés vers l'intégration européenne et des partisans de la république parlementaire dont la vocation est de contrebalancer le pouvoir présidentiel. Je pense qu'il ne s'agit pas encore du dernier coup dans le "gambit turc" », souligne M. Kossatchev.

    Le 21 janvier, le parlement turc a approuvé des amendements constitutionnels qui renforceraient les pouvoirs présidentiels sur le pouvoir législatif et judiciaire. S'il est approuvé lors du référendum, le Président pourra également rester le chef du parti politique qu'il représente, ce qui n'est pas autorisé par la législation en vigueur. La décision a été critiquée par les partis d'opposition qui y voient un abus de pouvoir du Président.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    «Pas de place dans l’UE pour la Turquie avec une nouvelle Constitution»
    Trois personnes tuées dans une bagarre près d'un bureau de vote en Turquie
    Référendum historique sur les pouvoirs du Président en Turquie
    Le pétrolier iranien Grace 1 quitte Gibraltar un mois après son arraisonnement
    Tags:
    résistance, opposition, victoire, référendum constitutionnel en Turquie (2017), Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik