International
URL courte
947
S'abonner

Les autorités turques ont prolongé l’état d’urgence dans le pays pour une durée de trois mois.

Le Conseil de la sécurité nationale de la Turquie a conseillé de prolonger l'état d'urgence pour une durée de trois mois a annoncé l'agence Reuters.

Cette décision a été envoyée au parlement pour recevoir une confirmation officielle. Le cabinet des ministres communiquera par la suite sa décision. L'état d'urgence a été introduit en Turquie suite au coup d'état avorté du 16 juillet 2016. Le putsch a été rapidement réprimé par les autorités.

Ankara accuse Fethullah Gülen, un prédicateur musulman qui réside aux États-Unis depuis 1999 d'avoir orchestré la rébellion avortée qui a fait 290 morts, dont 190 civils et 100 putschistes, et plus de 2 000 blessés. Les autorités turques demandent avec insistance à Washington d'extrader M. Gülen.

Suite au putsch avorté, plusieurs militaires turcs qui servent sur les bases de l'Otan en Europe ont tenté d'obtenir l'asile politique dans le pays où ils sont déployés. Ainsi, de nombreux militaires se sont adressés aux autorités allemandes, norvégiennes et grecques. Cependant, en automne, le service d'asile grec a rejeté leurs demandes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Turquie: 4.000 personnes recherchées pour avoir participé à la tentative de coup d’État
Coup d’État en Turquie: comment le président a échappé à la mort
Turquie: le coup d’État est un faux, voici les preuves
Coup d’État en Turquie: le cinquième d'une longue série
Un million de riyals pour le smartphone qui a permis d'avorter le coup d'État en Turquie
Tentative de coup d'état en Turquie: 1.563 militaires arrêtés
Tags:
Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook