Ecoutez Radio Sputnik
    Turkish President Erdogan and US President Trump

    Quand Trump et Erdogan forment un front uni contre Assad

    © REUTERS/ Asin Bulbul/Kevin Lamarque
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (70)
    444361866

    Donald Trump a félicité lundi par téléphone son homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour sa victoire au référendum sur l’accroissement de ses prérogatives et lui a rappelé au passage de tenir le président syrien Bachar el-Assad «responsable de ses actes», en référence à l’attaque chimique d’Idlib.

    Donald Trump « a parlé aujourd'hui avec le président turc Recep Tayyip Erdogan pour le féliciter de sa récente victoire au référendum » de dimanche 16 avril dernier, a indiqué la Maison-Blanche dans un communiqué, confirmant une conversation téléphonique dévoilée quelques heures plus tôt par l'agence d'État turque Anadolu.

    Lors de cet échange, MM. Trump et Erdogan ont également évoqué « l'action des États-Unis en réponse à l'usage d'armes chimiques par le régime syrien », a précisé la Maison-Blanche, dans une allusion aux tirs de Tomahawks américain du 7 avril sur la base aérienne syrienne d'Al-Chaayrate.

    « Le président Trump a remercié Erdogan de soutenir cette action des États-Unis, et les dirigeants ont convenu de l'importance de tenir le président syrien Bachar el-Assad pour responsable de ses actes », a ajouté la Maison-Blanche.

    Donald Trump a surpris le monde entier, le 7 avril, en ordonnant le bombardement d'une base aérienne en Syrie, en représailles à l'attaque chimique perpétrée quelques jours plus tôt. Pourtant l'ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, déclarait quelques jours auparavant que le retrait du pouvoir du Président syrien Bachar el-Assad n'était plus une priorité pour son pays. En outre, durant la campagne de l'élection présidentielle américaine, le candidat Trump n'avait cessé de dénoncer l'interventionnisme et le « droit d'ingérence humanitaire » chers à sa rivale, Hillary Clinton.

    Les États-Unis ont effectué, dans la nuit du 6 au 7 avril, une frappe de missiles contre la Syrie, accusant le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir eu recours à des armes chimiques à Khan Cheikhoun, où, selon des sources locales proches de l'opposition, une attaque aurait fait 80 morts et de 200 blessés. La Russie a critiqué la démarche de Washington et a réclamé des preuves de l'implication de Damas dans cette attaque présumée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (70)

    Lire aussi:

    Moscou: l’enquête doit porter sur l’attaque d’Idlib et sur la frappe US sur Shayrat
    Moscou explique à qui profite la tragédie d'Idlib
    Populations gazées à Idlib: Moscou dénonce l’intox propagée par Reuters

    Lire aussi:

    Trump insulte Assad: la réponse de Damas
    Comment expliquer la volte-face syrienne de Donald Trump?
    Washington accuse Assad de préparer une nouvelle attaque chimique
    Tags:
    attaque chimique, Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan, Donald Trump, Idlib, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik