Ecoutez Radio Sputnik
    Syrie

    La position française sur la Syrie «est un renouveau de l’esprit colonialiste»

    © AFP 2017 Sameer Al-Doumy
    International
    URL courte
    112871293

    71 ans après le départ du dernier soldat français de Syrie, que reste-t-il de l’influence française dans la région et quel est le rapport des francophones à leur ancienne métropole? Dans une interview accordée à Sputnik, Ayssar Midani, présidente de la fondation Descendants d’Ashtar, fait part de son point de vue sur cette question.

    « À bas l'occupation » ou « Dieu protège la Syrie », ce sont quelques-uns des slogans qu'on a pu entendre lundi 17 avril sur le plateau du Golan lors des commémorations du 71e anniversaire de l'indépendance de la Syrie vis-à-vis de la France en 1946, que le pays a obtenu après 26 ans de protectorat français, approuvé à l'époque par la Société des Nations.

    Plusieurs centaines de Syriens se sont en effet rassemblés dans ce lieu hautement symbolique, puisqu'une partie du plateau du Golan est sous contrôle israélien depuis la guerre des Six Jours de 1967. Malgré des divergences évidentes, pro et anti-Bachar el-Assad sont d'accord pour dénoncer ce qu'ils qualifient d'occupation.

    D'après Ayssar Midani, présidente de la fondation Descendants d'Ashtar, aujourd'hui « la politique française est totalement hostile à la Syrie et vise plutôt à établir des rapports de soumission ». Et de poursuivre que la communauté francophone syrienne était aujourd'hui assez restreinte. En guise d'exemple, elle explique que la France a complètement abandonné l'enseignement du français en Syrie. Pour cette raison, il n'y a plus qu'une seule école, le Lycée Charles de Gaulle de Damas, qui subsiste, mais la France ne le subventionne plus depuis 2011, explique l'expert.

    Mme Midani estime que bien que le peuple syrien soit conscient de l'amitié qui le lie au peuple français, les Syriens sont en colère contre l'État français. Beaucoup d'intellectuels ont fait leurs études en France, et apprécient réellement la production culturelle française, poursuit la présidente de la fondation Descendants d'Ashtar. Cependant, ce fonds culturel riche ne change rien à la position des Syriens qui restent très critiques à l'égard de la politique française dans la région :

    « En Syrie, on parle toujours de Victor Hugo, de Diderot, des grands écrivains de la Révolution française. Mais il y a un éloignement réel du peuple syrien de la France et de la culture française à cause de la position française dans la région. »

    D'après Mme Midani, les positions adoptées par la France sur la Syrie ne sont même pas des restes de colonialisme, mais « un renouveau de l'esprit colonialiste », renforcé suite à la découverte récente de grands gisements pétroliers et gaziers en Syrie et tout le long du littoral méditerranéen.

    « La soi-disant révolution démocratique syrienne n'est rien d'autre qu'une chimère à laquelle la France a participé activement, » estime l'expert.

    Et de conclure :

    « Cette politique colonialiste a recommencé à oser s'exprimer sous le règne de Mitterrand et elle continue encore. Les pays occidentaux sont en crise, ils sont dans une débâcle économique, et ils cherchent à dominer d'autres pays. »

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Le Corf: les scandales électoraux en France font-ils oublier la guerre en Syrie? (VIDEO)
    La France en Syrie, entre pieds d’argile et arrangements en béton
    En Syrie, la France doit choisir entre «réalisme cynique» et «angélisme mortifère»
    Tags:
    Bachar el-Assad, Hauteurs du Golan, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik