Ecoutez Radio Sputnik
    Graffiti anti-USA à Téhéran

    L’Iran se retrouvera sous sanctions, si l’Europe ne résiste pas aux USA

    © AFP 2018 Atta Kenare
    International
    URL courte
    12425

    Donald Trump a chargé les agences fédérales d'examiner la levée des sanctions contre l'Iran, prévue par l'accord sur le nucléaire de 2015, pour voir si la mesure est dans l'intérêt de la sécurité nationale des États-Unis. S’agit-il de l’intention du Président américain de rompre cet accord? Sputnik a posé cette question à des experts iraniens.

    Dans une lettre adressée au Président de la Chambre des représentants Paul Ryan, le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson avertit de l'évaluation de l'impact de la levée des sanctions anti-iraniennes sur la sécurité nationale des États-Unis, rappelant que « l'Iran demeure le premier État sponsor du terrorisme ».

    Sputnik a demandé à des experts iraniens si cette lettre n'était pas une démarche visant à renouveler les sanctions contre l'Iran et à en finir avec le Plan global d'action conjoint (JCPOA), l'accord sur le nucléaire signé à Vienne, en Autriche, le 14 juillet 2015, par huit parties : les pays du P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu : la Chine, les États-Unis, la France, la Russie et le Royaume-Uni, ainsi que l'Allemagne), l'Union européenne et l'Iran.

    « Les États-Unis ne doivent pas oublier que l'accord nucléaire n'est pas un accord bilatéral entre eux et l'Iran. Ils ne peuvent pas résilier à titre unilatéral un accord international qui a été signé par l'Iran et plusieurs autres pays et qui a été approuvé par le Conseil de sécurité des Nations unies. Cela serait contraire au droit international », a déclaré à l'agence Hamed Mousavi, professeur à la faculté de droit et de sciences politiques de l'Université de Téhéran.

    Le spécialiste des États-Unis et rédacteur en chef de la version anglophone de l'agence MehrNews, Hamid Kholamzadeh, a estimé dans un entretien avec Sputnik qu'en « évaluant » cet accord, les États-Unis essaient de trouver un prétexte « légitime » pour le rompre.

    « Tout en reconnaissant que l'Iran respecte ses engagements [dans le cadre du JCPOA, ndlr], les Américains ne cessent de chercher de nouveaux prétextes pour rompre l'accord et accusent notamment Téhéran de complicité avec le terrorisme », a-t-il expliqué à Sputnik.

    Selon l'analyste, les États-Unis préparent un rapport pour, sur sa base, introduire de nouvelles sanctions ou proroger les anciennes sanctions contre l'Iran.

    « En procédant ainsi, les Américains ne violent formellement pas le JCPOA, car la complicité présumée de l'Iran avec le terrorisme ne correspond pas aux intérêts nationaux des États-Unis et n'est pas mentionnée dans l'accord. Aussi, les sanctions peuvent-elles être renouvelées », a expliqué M. Kholamzadeh.

    Il suppose que les États-Unis s'appliqueront à faire revenir les sanctions, si l'Europe, la Russie et la Chine, en tant que principaux négociateurs, ne les arrêtent pas.

    « Mais à ce jour, il n'y a pas de réaction de ce genre aux démarches de Donald Trump et de son équipe, qu'il s'agisse de ses déclarations tapageuses sur la rupture de l'entente nucléaire avec l'Iran, de son ordre d'attaquer un aérodrome en Syrie ou des problèmes avec la Corée du Nord. Aucune objection ou réaction adéquate de la part de l'Europe ! Chacun ne s'occupe que de ses propres problèmes, le Royaume-Uni préoccupé par le Brexit, la France et l'Allemagne par des élections. Mais si ces pays européens ne résistent pas, les sanctions seront de retour », a averti l'interlocuteur de Sputnik.

    Lors de sa campagne présidentielle, Donald Trump déclarait que le traité nucléaire conclu par son prédécesseur Barack Obama avec l'Iran était le « pire accord jamais négocié » et que la levée des sanctions contre Téhéran pourrait nuire aux intérêts de la sécurité nationale américaine.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Les USA imposent de nouvelles sanctions à l'Iran
    Pour les USA, prolonger leurs sanctions contre l’Iran ne viole pas l’accord nucléaire
    L’Iran menace de suspendre l’accord sur le nucléaire en réaction aux sanctions US
    Tags:
    nucléaire, sanctions, agence, Plan global d'action conjoint (JCPOA), Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Union européenne (UE), Sputnik, Hamid Kholamzadeh, Hamed Mousavi, Rex Tillerson, Donald Trump, Paul Ryan, Vienne, Allemagne, Royaume-Uni, France, Europe, Téhéran, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik