Ecoutez Radio Sputnik
    Bachar el-Assad

    Assad: aucune attaque chimique à Khan Cheikhoun, c’est une provocation

    © REUTERS /
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    17642

    Pour le Président syrien Bachar al-Assad, la frappe américaine contre la base aérienne de Shayrat était préparée à l’avance et les événements de la province d’Idlib, qui l’ont précédée, sont une provocation.

    Il n'y a pas eu d'attaque chimique le 4 avril à Khan Cheikhoun, dans la province syrienne d'Idlib, c'est une provocation destinée à justifier la frappe américaine portée peu après contre la base aérienne de Shayrat, a déclaré jeudi le Président syrien Bachar el-Assad dans une interview à Sputnik.

    « Nous croyons à cette hypothèse parce que la frappe a été préparée à l'avance, ils [les États-Unis, ndlr] ne voulaient pas écouter, enquêter, ils ne souhaitaient que bombarder. Nous estimons que c'est une provocation pour une seule raison : s'il y avait une fuite de gaz ou une attaque chimique […], comment la ville continuerait-elle à vivre ? La population n'a pas été évacuée. Personne n'a quitté la ville, la vie y suit son cours, pourtant selon leur hypothèse, on y a utilisé des armes de destruction massive », a indiqué le Président.

    Ensuite, la base aérienne de Shayrat, où les États-Unis affirment avoir détecté « des stocks de gaz », a été la cible d'une frappe aux missiles.

    « Ils ont visé tous les dépôts, mais il n'y a pas eu de fuite de gaz dans l'enceinte de l'aérodrome. Aucun de nos officiers ou personnels n'a été victime de gaz. Nous croyons donc qu'il n'y a pas eu d'attaque au gaz toxique, c'était une provocation destinée à justifier l'attaque contre Shayrat », a noté M. Assad.

    L'armée syrienne a effectivement visé les sites contrôlés par les terroristes à Khan-Cheikhoun, mais elle n'a pas eu recours aux armes chimiques et son opération ne s'est pas tenue à l'heure indiquée par les médias occidentaux comme celle de l'attaque chimique, a précisé le Président syrien.

    D'après M. Assad, le gouvernement syrien ne dispose pas d'informations sur la présence d'armes chimiques dans les sites des terroristes à Khan-Cheikhoun.

    « Cette région se trouve sous le contrôle du Front al-Nosra, qui est en fait une partie d'Al-Qaïda. Les seules informations que le monde a obtenues [concernant les événements de Khan Cheikhoun, ndlr] proviennent d'une vidéo publiée sur YouTube par cette organisation — le Front al-Nosra, nous ne pouvons donc pas fonder notre opinion sur ces informations. Nous ne savons pas si le site que nous avons frappé le 4 avril à 11h30 était un dépôt d'armes chimiques. Ils affirment que l'attaque a eu lieu vers 06h00 ou 06h30. Nous n'avons entrepris aucune action à cette heure. Nous n'avons donc que deux versions : soit l'attaque s'est tenue vers midi ou 11h30, soit, c'est une provocation et il n'y a eu aucune attaque », a noté le Président.

    Il a souligné que tout ce que le monde entier a vu sur les photos et les vidéos ressemblait aux images diffusées depuis deux ans par les Casques blancs et ce sont toujours des images truquées.

    « Leurs photos où l'on voit des enfants qui auraient été tués par une frappe russe — on apprend par la suite qu'il s'agit d'un faux, qu'ils ont filmé un garçon après l'avoir recouvert de boue et aspergé de sang, qu'ils s'agit d'un faux sang, etc. Ces truquages feraient partie de leurs activités », a noté Bachar el-Assad.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    Enquête sur l’attaque chimique, la balle est dans le camp US
    Attaque chimique à Idlib: un ex-officier de la CIA accuse Daech
    Attaque chimique à Idlib: Moscou dénonce des «accusations basées sur les réseaux sociaux»
    Tags:
    frappe aérienne, provocation, attaque chimique, base aérienne de Shayrat, Bachar el-Assad, États-Unis, Khan Cheikhoun, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik