Ecoutez Radio Sputnik
    Khan Cheikhoun

    Moscou: les propos sur le sarin à Khan Cheikhoun ont remis en cause toute l’OIAC

    © REUTERS / Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    10290

    Les allégations du directeur général de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) prétendant que du gaz sarin avait été utilisé à Khan Cheikhoun soulèvent de sérieuses questions, indique le ministère russe de la Défense.

    Après que le directeur général de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) Ahmet Uzumcu a prétendu que du gaz sarin ou une substance similaire a été détecté à Khan Cheikhoun, le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov a mis en cause ses déclarations.

    « L'OIAC a été créée pour être une organisation internationale objective et impartiale pour contrôler le respect de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques. Dans cette situation, la déclaration du dirigeant de cette organisation Ahmet Uzumcu sur le recours prétendu au gaz sarin à Khan Cheikhoun soulève de sérieuses questions », a signalé M. Konachenkov.

    Selon le porte-parole du ministère, toutes les déclarations et toutes les conclusions de l'OIAC doivent être des constatations de faits prouvés avec utilisation de méthodes scientifiques, et non des hypothèses politiquement motivées. Selon M. Konachenkov, toutes les conclusions doivent être accessibles pour vérifications par des experts.

    L'OIAC a relancé mercredi l'enquête sur l'attaque chimique présumée du 4 avril à Khan Cheikhoun. L'examen de ce dossier a été suspendu pour la fête de Pâques. Selon les membres du Conseil exécutif de l'OIAC, l'enquête spéciale visant à établir l'auteur de l'incident ne peut avoir lieu qu'une fois qu'on aura établi qu'il s'agit effectivement d'une attaque.

    L'OIAC peut notamment envoyer des experts à la base aérienne de Shayrat visée par 59 missiles américains dans la nuit du 6 au 7 avril. Selon l'hypothèse des États-Unis, cet aérodrome a servi de point de départ pour les avions syriens qui ont attaqué l'opposition à Khan Cheikhoun, entraînant l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants. Washington a tiré ses missiles sans attendre les résultats de l'enquête.

    De leur côté, les autorités syriennes rejettent toutes les accusations. La Russie appelle pour sa part à inspecter la base de Shayrat dans le cadre d'une enquête impartiale avec l'implication de l'OIAC. En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    Lavrov: après l’attaque d’Idlib, de nouvelles provocations se préparent en Syrie
    La position française sur la Syrie «est un renouveau de l’esprit colonialiste»
    La Syrie fête son 71e anniversaire d’indépendance de la France
    L’attaque aérienne US en Syrie compliquera les négociations de Genève
    Tags:
    vérification, OIAC, Igor Konachenkov, Khan Cheikhoun, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik