Ecoutez Radio Sputnik
    Damas sur les armes chimiques: elles proviennent de Turquie, c’est 100% sûr

    Damas sur les armes chimiques: elles proviennent de Turquie, c’est 100% sûr

    © REUTERS/ SANA/Handout via Reuters
    International
    URL courte
    21399

    Dans une interview à Sputnik, le président syrien a affirmé disposer des preuves confirmant que des substances chimiques toxiques étaient transportées vers la Syrie depuis la Turquie.

    La Syrie est sûre que les terroristes obtiennent des armes chimiques depuis le territoire turc, a déclaré dans une interview à Sputnik le président syrien Bachar El-Assad.

    « Directement de Turquie, et il existe des preuves à cet égard, certaines d'entre elles étaient disponibles sur Internet depuis quelques années », a-t-il répondu à la question de savoir où les terroristes pouvaient obtenir des armes chimiques.

    Selon lui, « le seul circuit de financement, de livraison d'armes, de n'importe quel ravitaillement en matériel, de recrues ainsi que de substances de ce type passe par la Turquie, ils ne font pas un long trajet depuis le nord ». « C'est la Turquie, à 100 % », a ajouté le chef d'État syrien.

    Début avril, Walid Mouallem, le chef de la diplomatie syrienne, affirmait lui aussi à l'Onu que des substances chimiques avaient été transportées à Alep-Est depuis le territoire turc.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

    Lire aussi:

    «Assad partira, et après? Et après, ça sera le chaos»
    Quand Trump et Erdogan forment un front uni contre Assad
    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Tags:
    terrorisme, armes chimiques, Bachar el-Assad, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik