Ecoutez Radio Sputnik
    Aéroport international Sunan de Pyongyang

    Que faire si vous êtes coincé pendant plus de 10h à l’aéroport de Pyongyang?

    © Sputnik. Andrey Olfert
    International
    URL courte
    101417172

    Si vous vous retrouvez un jour à Pyongyang et que votre vol est retardé pendant des heures, ne vous en faites pas, vous aurez quoi faire dans l’aéroport international Sunan moderne et accueillant.

    Lundi 17 avril, trois vols internationaux et un vol interne ont été retardés au même moment à l'aéroport international de Pyongyang, premier incident de ce genre dans l'histoire de la Corée du Nord, où plus d'une centaine d'étrangers venus aux célébrations du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung ont attendu plus de 10h l'autorisation pour repartir chez eux.

    Aéroport international Sunan de Pyongyang
    © Sputnik. Andrey Olfert
    Aéroport international Sunan de Pyongyang

    Il s'agissait notamment d'un vol reliant la capitale nord-coréenne à Vladivostok, en Russie, et d'un autre en partance pour la ville chinoise de Shenyang, dont les passagers n'étaient pas informés des raisons d'un retardement aussi prolongé.

    Au début, les représentants de la compagnie aérienne nationale de Corée du Nord Air Koryo invoquaient le mauvais temps, notamment une tempête de sable à Pékin où se dirigeaient la plupart des hôtes de Pyongyang. Quoi qu'il en soit, selon le correspondant de Sputnik dans la capitale chinoise, il n'y avait aucun problème avec l'atterrissage d'avions à l'aéroport pékinois, le seul vol en retard étant celui en provenance de Pyongyang.

    Aéroport international Sunan de Pyongyang
    © Sputnik. Andrey Olfert
    Aéroport international Sunan de Pyongyang

    Faute d'explication plausible de la part de l'aéroport, les hypothèses se sont mises à se multiplier. Certains supposaient qu'il s'agissait d'une interdiction d'accueillir des vols en provenance de Corée du Nord, suite au récent tir d'essai par Pyongyang de missiles balistiques. D'autres parlaient même de la fermeture de l'espace aérien en prévision de nouveaux lancements de missiles. Néanmoins, aucune version n'a été confirmée, et tous ont pu finalement repartir dans leurs pays respectifs.

    Aéroport international Sunan de Pyongyang
    © Sputnik. Andrey Olfert
    Aéroport international Sunan de Pyongyang

    En dépit d'une certaine nervosité liée à l'incertitude de la situation, l'atmosphère à l'aéroport était somme toute calme et le séjour assez confortable. Modernisé il y a quelques années, Sunan dessert à présent moins d'une vingtaines de vols par semaine, alors qu'il avait été conçu pour en accueillir beaucoup plus et possédait tout le confort nécessaire.

    Une partie des passagers se reposaient tranquillement dans des fauteuils ou couchés à même le sol.

    Les cafés et les restaurants, proposant des plats coréens et européens, ne manquaient pas à proximité.

    On pouvait même faire des courses ou se promener tout simplement pour prendre l'air frais, d'autant plus qu'il faisait beau.

    C'est pourquoi si vous vous retrouvez un jour à Pyongyang et que votre vol est retardé de plusieurs heures, ne vous en faites pas, vous aurez quoi faire dans l'aéroport international Sunan moderne et accueillant.

    Aéroport international Sunan de Pyongyang
    © Sputnik. Andrey Olfert
    Aéroport international Sunan de Pyongyang

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un Britannique oublie sa femme à l’aéroport!
    Spectaculaire incendie près de l'aéroport d'Orly
    Colis suspect à l’aéroport de Cologne-Bonn: 500 personnes évacuées
    Tags:
    tir de missiles, espace aérien, essais, problèmes, atterrissage, tempête, avions, Air Koryo, Sputnik, Kim Il-sung, Shenyang, Pyongyang, Vladivostok, Corée du Nord, Pékin, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik