International
URL courte
343
S'abonner

Plus de 400 défilés se sont déroulés samedi dans plus d'une quarantaine de pays, à l'occasion de la Journée de la Terre, pour «défendre le rôle vital de la science» face notamment aux climato-sceptiques.

Le monde scientifique se mobilise au niveau international afin de remettre les sciences au cœur du débat public et défendre la recherche face aux opinions préconçues. Les premiers rassemblements se sont tenus dans différentes villes de Nouvelle-Zélande et puis en Australie, avec des milliers de manifestants réunis à Sydney.

La principale manifestation a débuté à 8 heures, heure locale, sur la National Mall de Washington D.C., capitale des États-Unis, dont le Président Donald Trump avait estimé, pendant sa campagne électorale, que le changement climatique était un canular monté par les Chinois et promis de retirer son pays de l'Accord de Paris sur le climat de 2015. De plus, peu après sa prise de fonction, M. Trump a nommé à la tête de l'Agence de protection de l'environnement (EPA) le climato-sceptique Scott Pruitt.
En France, une marche a commencé à Paris à 14h00 de la place Valhubert pour rejoindre la place Saint-André des Arts. Des rassemblements comptant plusieurs dizaines à centaines de participants se sont déroulés parallèlement à Strasbourg, Marseille, Montpellier, Nantes, Toulouse et Lille.
​Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Transplanter une tête humaine: quand la science-fiction devient réalité
Ces 10 femmes qui ont changé la science - en silence
Grâce à la science des contes deviennent réalité
Le monde a besoin de la science, la science a besoin des femmes
Tags:
marche, mobilisation, science, Scott Pruitt, Donald Trump, Australie, France, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook