International
URL courte
2160
S'abonner

Épaulé par la Chine, l’Iran compte moderniser son réacteur à eau lourde d’Arak. Un contrat commercial entre les deux pays a d’ores et déjà été signé ce dimanche à Vienne.

La Chine et l'Iran ont signé un contrat portant sur la modernisation d'un réacteur à eau lourde dans la ville iranienne d'Arak, relate l'agence Xinhua.

La cérémonie officielle de signature du contrat a eu lieu dimanche dernier à Vienne, après que les parties concernées l'ont préalablement paraphé à Pékin, a précisé le ministère chinois des Affaires étrangères.

Auparavant, le président iranien Hassan Rohani avait déclaré que le réacteur à eau lourde à Arak deviendrait un réacteur de recherche moderne, conforme aux normes internationales les plus strictes.

La modernisation du réacteur à Arak sera réalisée dans le cadre du Plan d'action conjoint portant sur le programme nucléaire de l'Iran. Le réacteur sera rééquipé de sorte qu'il ne puisse pas être utilisé à l'avenir en vue de produire du plutonium de qualité militaire.

Pour rappel, l'eau lourde est utilisée dans certains types de réacteurs en tant que ralentisseur de neutrons. Les réacteurs à eau lourde permettent de produire du plutonium de qualité militaire en utilisant de l'uranium naturel, sans l'enrichir. En janvier 2016, l'Iran a annoncé avoir démonté la partie principale du réacteur utilisant de l'eau lourde.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Une ancienne cité sous-terraine découverte en Iran
Plus de 1.600 personnes présentent leurs candidatures pour la présidentielle en Iran
Les inondations meurtrières en Iran font plus de 40 morts et une vingtaine de disparus
Infographie: mise à jour des dates clés du calendrier du déconfinement en France
Tags:
contrat, nucléaire, Arak, Chine, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook