Ecoutez Radio Sputnik
    Idlib

    Armes chimiques en Syrie: Moscou s'attend à de nouvelles mises en scène

    © AFP 2019 Omar Haj Kadour
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    12527
    S'abonner

    De nouvelles mise en scène pourraient avoir lieu dans la banlieue de Damas, dans les prochains jours, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

    Le directeur du département de « non-prolifération et contrôle des armements » au ministère russe des Affaires étrangères, Mikhail Oulianov, a prédit d'autres mise en scènes d'utilisation des armes chimiques en Syrie, en référence à l'attaque de Khan Cheikhoun.

    « De nouvelles mises en scène de ce genre auront lieu. Il est très probable qu'elles surviennent dans la banlieue de Damas, notamment dans les prochains jours », a-t-il noté.

    Précédemment, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a réagi au refus de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques de mettre en place une mission afin d'enquêter sur la présumée attaque chimique dans la province syrienne d'Idlib.Le chef de la diplomatie russe a admis que les armes chimiques ont été utilisées, cependant, selon lui, la question est de savoir qui a acheminé les substances toxiques sur les lieux de l'attaque et comment.

    Plusieurs pays occidentaux ont bloqué le projet russo-iranien soumis le 20 avril à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et destiné à mettre en place une mission spéciale chargée d'enquêter sur l'attaque chimique perpétrée dans la province d'Idlib.

    Le projet prévoyait notamment d'envoyer des enquêteurs internationaux non seulement à Khan Cheikhoun, mais aussi sur la base aérienne de Shayrat, d'où, selon Washington, seraient partis des avions syriens chargés d'armes chimiques.

    Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

    Des sources locales proches de l'opposition font état de 80 morts et de 200 blessés et en imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

    Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    Moscou: les propos sur le sarin à Khan Cheikhoun ont remis en cause toute l’OIAC
    Assad: aucune attaque chimique à Khan Cheikhoun, c’est une provocation
    OIAC: du gaz sarin aurait été utilisé à Khan Cheikhoun
    Tags:
    armes chimiques, Idlib, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik