Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Nucléaire iranien: les sanctions restent à l’ordre du jour

    © Sputnik. Sergei Mamonov
    International
    URL courte
    0 29

    Près de deux ans après la signature de l’accord sur le nucléaire iranien, les sanctions contre Téhéran demeurent un problème qui n’a pas été complètement résolu.

    La commission qui contrôle la mise en application du plan d'action conjoint relatif au nucléaire iranien se réunira à Vienne pour évoquer les sanctions qui restent encore en vigueur et la position des États-Unis, qui s'interrogent sur la poursuite de leur activité au sein de cette commission.

    Une source au sein de la représentation de l'UE auprès des organisations internationales à Vienne a communiqué à Sputnik que la réunion serait présidée par Helga Schmid, la secrétaire générale du service européen pour l'action extérieure (SEAE).

    Vladimir Voronkov, l'ambassadeur russe auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a fait savoir qu'outre l'examen de routine de l'application du plan d'action, la réunion évoquerait le fait que « les banques et les mécanismes financiers des pays occidentaux, au premier chef les États-Unis, restaient incapables d'assurer un bon fonctionnement de la coopération avec l'Iran en dépit de la levée de toutes les sanctions multilatérales suite à une décision du Conseil de sécurité de l'Onu ».

    « Les Iraniens éprouvent de gros problèmes, ne pouvant pas obtenir le niveau de coopération économique qu'ils escomptaient en signant l'accord. Dans une certaine mesure, cela lèse nos intérêts, parce que le financement de certains de nos projets par des canaux internationaux est parfois bloqué, bien que les fonds soient déboursés à des fins tout à fait légitimes », a ajouté le diplomate.

    Il a également noté que la Russie attendait que les États-Unis formulent une position concrète sur la réalisation du plan d'action conjoint, qui avait été brossée à grands traits par le secrétaire d'État américain Rex Tillerson. Mercredi dernier, M. Tillerson a déclaré que le plan d'action avait échoué à atteindre son objectif, à savoir le statut non nucléaire de l'Iran.

    Le 14 juillet 2015, l'Iran et les six médiateurs internationaux sont parvenus à un accord historique sur la lancinante question du nucléaire iranien. Un plan d'action conjoint a été adopté, dont l'exécution par l'Iran devait aboutir à la levée de toutes les sanctions économiques et financières introduites par le Conseil de sécurité de l'Onu, les États-Unis et l'Union européenne. Le plan d'action est entré en vigueur le 16 janvier 2016.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Ministre iranien: le retour au début du programme nucléaire est possible
    Qui veut la peau de l’accord sur le nucléaire iranien?
    Iran: en renouvelant leurs sanctions, les USA violent l’accord sur le nucléaire iranien
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), programme nucléaire iranien, Helga Schmid, Vienne, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik