Ecoutez Radio Sputnik
    Ivanka Trump

    Quand la politique étrangère US obéit aux projets d'affaires d'Ivanka Trump

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    16313
    S'abonner

    Les décisions du Président américain, sont-elles dictées par Donald Trump lui-même ou est-ce que quelqu'un d'autre est derrière? Le Washington Post s'interroge et suggère que l'entrepreneuriat de sa fille semble se mêler aux affaires d'État.

    Le ton adouci de Donald Trump sur la Chine peut être un choix stratégique, mais peut également refléter les liens commerciaux de sa fille Ivanka avec ce pays. La camaraderie entre le Président américain et le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, n'a-t-elle pas par hasard été influencée par un contrat entre la société d'Ivanka et une entreprise d'État japonaise, après que cette première se soit assise lors d'une réunion près de M. Abe?

    Ces questions se posent inévitablement du fait qu'Ivanka combine ses enchevêtrements commerciaux et son rôle dans la Maison-Blanche, estime The Washington Post, ajoutant qu'il y a là probablement une once de vérité.

    Ses affaires auraient été préoccupantes si elle n'était jamais entrée dans la Maison-Blanche. Or, ses deux rôles placent la réputation du pays en risque et poussent les étrangers à réfléchir: les États-Unis sont-ils un pays où les décisions gouvernementales dépendent des intérêts privés de la famille du Président? Alors que la fille du chef d'État est à la fois conseillère et femme d'affaires, ses opérations dépendant de la bonne volonté des gouvernements étrangers, souligne le journal.

    Exemple récent : l'entreprise d'Ivanka Trump a obtenu de bons contrats commerciaux en Chine le jour même où elle a accueilli le Président chinois Xi Jinping en visite officielle à Mar-a-Lago.

    Ivanka Trump et ses conseillers ont affirmé qu'elle avait délégué la plupart des fonctions au sein de son entreprise à une fiducie dirigée par les membres de sa famille. Mais pourquoi ne pas tout simplement tout vendre, mettre en place une fiducie sans droit de regard? Le journal énumère quelques raisons potentielles : primo, la valeur d'Ivanka dépend de sa marque personnelle, secundo, garder un certain contrôle lui permet de rejeter les offres potentiellement ombragées.

    Quoi qu'il en soit, le fait est que les gouvernements étrangers verront dans l'approbation des demandes de marques de commerce, dans le financement et les transactions commerciales une opportunité de gagner la faveur de l'administration Trump, résume le Washington Post. Et, pendant que Donald Trump est Président, il est peu probable qu'un pays comme la Chine rejette une demande de marque commerciale d'Ivanka.

    Toutefois, Ivanka Trump peut être conseillère en affaires étrangères, reconnait le journal, mettant en valeur qu'elle ne doit s'occuper simultanément du développement de son entreprise, ni chercher des droits et des avantages à l'étranger.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Ivanka Trump a «une influence significative» sur son père quant à la question syrienne
    Ivanka Trump est fière de son père après la frappe US en Syrie
    Ivanka Trump, déesse et gourou de la jeunesse dorée chinoise
    Ivanka Trump employée bénévole à la Maison-Blanche
    Tags:
    entrepreneur, influence, entreprise, business, politique étrangère, Ivanka Trump, Donald Trump, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik