International
URL courte
203
S'abonner

À Mossoul-Ouest, la faim emporte la vie d'enfants et pousse au suicide. Dans une interview à Sputnik, une jeune femme ayant fui Mossoul témoigne des horreurs de la vie sous occupation terroriste.

« À Mossoul, on ne mange pas plus souvent qu'une fois par jour. Parfois, un jour sur deux. Les prix des produits alimentaires augmentent en permanence, d'ailleurs depuis le début de l'opération de libération de la ville en octobre dernier ils sont devenus inabordables », témoigne une jeune déplacée, originaire de la ville qui est devenue la « capitale »irakienne de Daech.

« Mes amis qui sont restés dans la partie assiégée de la ville m'ont dit qu'un kilogramme de pommes de terre et d'oignons coûte aujourd'hui 25 000 dinars irakiens (22 dollars), le sucre est à 10 000 dinars (8 dollars). Certaines personnes ont dû renoncer au thé, boisson préférée des locaux », poursuit-elle dans son témoignage.

Selon elle, c'est le blé qui constitue la ration principale de la population qui le cueille elle-même.

La mort d'enfants

La situation des familles avec enfants est déplorable : impossible de trouver du lait infantile à Mossoul.

« Lorsque j'étais dans le camp de réfugiés d'al-Djadaa, j'ai rencontré une femme qui a perdu son enfant de 11 mois. Elle n'avait plus de lait, et aucune autre nourriture infantile n'était disponible », raconte l'interlocutrice de l'agence.

Selon elle, la femme avait cherché à persuader les extrémistes de la laisser partir. En effet, les terroristes empêchent les civils de quitter les quartiers occupés pour s'en servir de bouclier humain.

« Le djihadiste a répondu que lui-même avait perdu deux enfants et qu'elle devait subir le même sort. Son bébé est mort de faim », se souvient la femme.

Ce cas est loin d'être isolé. Des enfants disparaissent presque quotidiennement dans les quartiers de Mossoul-Ouest.

Poussés au suicide

La famine et les horreurs de la vie sous le joug de la terreur poussent les habitants de Mossoul au bout du désespoir. « Un homme m'a raconté l'histoire d'un de ses proches. Lorsque la faim est devenue insupportable, il s'est installé avec sa famille dans le QG abandonné par des extrémistes. Ils espéraient que l'aviation gouvernementale bombarde ce site et qu'ils y trouvent le repos éternel. Mais Dieu en a décidé autrement. Le lendemain, leur quartier a été libéré », raconte la déplacée.

Et de conclure que si dans certains quartiers on ne mange que du pain sec, dans d'autres, les habitants se contentent d'herbe. Qui elle aussi s'épuise.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Daech lance une attaque chimique contre l'armée et les civils à Mossoul, 80 blessés
Mossoul: Daech exécute publiquement 50 civils fugitifs
Mossoul-Ouest: 300 civils tués ou blessés, plus de 400.000 ont fui la guerre
Tags:
décès, suicide, famine, Etat islamique, Irak, Mossoul
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook