International
URL courte
60599
S'abonner

Alors que la tension entre l’Otan et la Russie est à son comble, les négociations sur l’achat des S-400 russes par la Turquie semblent préoccuper l’Alliance, indique la presse américaine.

Le marché russo-turc sur l'acquisition des S-400 par Ankara, fidèle allié de l'Otan, présente un « défi potentiel » pour l'Alliance, écrit le site américain The National Interest. Selon le média, le problème réside dans le fait que les pays membres de l'Otan utilisent dans leurs rangs des équipements militaires standardisés. Or, au-delà des inconvénients techniques, ce contrat constitue également un « dilemme géopolitique », estime le site, qui explique que la Turquie joue un rôle important dans la lutte contre Daech et possède une frontière commune avec la Syrie.

Le marché est entré dans son stade final sur fond de tensions inédites entre Moscou et les pays de l'Alliance, analyse The National Interest. Anticipant la réaction de l'Otan, le ministre turc de la Défense, Fikri Işık, a appelé l'Alliance à faire preuve de compréhension à cet égard.

« Il est évident que la Turquie a besoin d'un système de défense anti-aérienne. Cependant, les pays de l'Otan ne nous ont pas présentés de proposition avantageuse du point de vue économique et ne veulent pas partager les technologies avec nous. Nous sommes conscients de ne pas pouvoir intégrer les S-400 au système antiaérien de l'Otan et l'Alliance ne le demande pas », déclarait récemment M. Işık.

Cette vente a la possibilité d'être avalisée déjà dans un avenir proche. Selon le ministre turc de la Défense, le sujet peut être évoqué lors des négociations entre Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdoğan, à Sotchi, prévues pour le 3 mai.

« J'estime que les négociations entre Erdogan et Poutine déboucheront sur une décision commune concernant les démarches à adopter en vue de l'achat de DCA de fabrication russe », a indiqué lundi Fikri Işık cité par l'agence Anadolu.

Selon le National Interest, qui cite des média russes, la décision d'Ankara de faire un choix en faveur des S-400 a été prise, car l'Otan s'est avérée incapable de lui proposer une alternative « économiquement efficace ».

Si le contrat est finalement conclu, ce geste constituera un pas vers le renforcement des liens entre la Russie et la Turquie, malgré les difficultés vécues ces dernières années, conclut le média.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La Turquie mène une offensive contre la milice kurde dans le nord de la Syrie
Les relations Turquie-UE au plus bas
La Turquie frappe des Kurdes en Syrie et en Irak sans coordination avec la coalition US
Tags:
S-400, OTAN, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook