International
URL courte
8318
S'abonner

Depuis des années, la communauté internationale mène des discussions sur la nécessité d’arrêter les livraisons d’armes aux terroristes. Dans ce contexte, les islamistes cherchent à se montrer capables à une existence autonome en créant des armes signées Daech.

Les terroristes de Daech testent de nouvelles armes qu'ils fabriquent eux-mêmes aux environs de la ville irakienne de Mossoul, a annoncé mercredi l'ONG britannique Conflict Armament Research (CAR).

Il s'agit de charges explosives qui « peuvent être tirées par des lance-roquettes portatifs de fabrication artisanales ou larguées par des drones », ou peuvent jouer le rôle de grenades à main.

Selon l'ONG, les terroristes disposent d'un système centralisé de conception et de production d'armes.

Les membres de Daech organisent en outre des tests qui leur permettent d'améliorer la performance des armes. Cela leur garantit une certaine indépendance des fournisseurs d'armes étrangers et d'augmenter leur prestige en créant des armes « made in Daesh », d'après les experts.

En décembre dernier, le groupe CAR a annoncé que Daech avait testé des armes à grande échelle à Mossoul et dans ses environs. Selon les experts, les terroristes avaient acheté des pièces détachées pour ces armes en Turquie.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

À Mossoul, Daech utilise du goudron chaud contre l'armée et les civils
Mossoul: l’armée irakienne redoute des attaques chimiques de Daech
Daech lance une attaque chimique contre l'armée et les civils à Mossoul, 80 blessés
Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
Tags:
armements, bombe artisanale, Conflict Armament Research (CAR), Etat islamique, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook