Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Un sondage révèle la plus grande inquiétude des partisans de Trump

    © REUTERS / Joshua Roberts
    International
    URL courte
    11111
    S'abonner

    Les Américains qui ont soutenu la candidature de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine de novembre dernier estiment que l’addiction du Président à son compte Twitter est la première cause des doutes concernant leur choix.

    Un sondage réalisé par la société Public Opinion Strategies révèle que les Américains qui ont voté pour Donald Trump à l'élection présidentielle de novembre dernier s'inquiètent de son addiction à Twitter : elle représente la source principale de leurs doutes concernant leur choix politique.

    19 % des personnes interrogées s'inquiètent des messages publiés par Donald Trump sur Twitter.

    Les sondés estiment que publier autant de messages sur le réseau social n'est pas un comportement digne d'un Président.

    Dans le même temps, 55 % des personnes interrogées ont quand même exprimé leur accord avec les déclarations de Donald Trump diffusées sur Twitter.

    L'enquête a été tenue en ligne du 17 avril au 19 avril auprès de 1 000 électeurs qui avaient voté Donald Trump en novembre dernier. La marge d'erreur est de 3,1 %.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Pour 60% des Américains, Trump n'est pas en mesure de régler la crise coréenne
    Trump songe à dissoudre la Cour de San Francisco qui a bloqué ses décrets anti-migratoires
    Le nucléaire iranien, pomme de discorde entre Trump et le Département d’État
    Une alliance établie entre Trump et le magnat des médias Murdoch
    Tags:
    opinion publique, sondage, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik