International
URL courte
5222
S'abonner

Un nouveau programme lancé par les autorités militaires américaines propose aux cyberpirates de tester l’endurance des systèmes informatiques de l’armée de l’Air. Avis important: seuls les hackers des pays partenaires sont les bienvenus.

Le Pentagone lance un défi aux spécialistes de la cybersécurité. Les experts en la matière originaires des pays partenaires des États-Unis sont invités à… pirater les principaux sites de l'armée de l'Air.

Baptisée «Hack the Air force», l'initiative s'inscrit dans une « campagne de cybersécurité financée par le département informatique des forces aériennes et destinée à recruter des talents dans et en dehors du département américain de la Défense », indique le Pentagone.

« Cette approche externe visant à détecter les points faibles de notre défense, basée sur le talent et l'expérience de nos citoyens et ceux de nos pays partenaires, contribuera à renforcer notre cybersécurité », a expliqué le chef de l'armée de l'Air américaine, général David L. Goldfein.

Selon le chef du département de la sécurité informatique Peter Kim, des hackers « malveillants » cherchent « quotidiennement à pénétrer dans les systèmes du Pentagone.»

« Il serait bien que des hackers bienveillants cherchent à (pirater les systèmes, ndlr) et nous montrent la façon d'améliorer notre cybersécurité ainsi que notre position de défense », a-t-il résumé.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Un hacker US déclenche 156 sirènes et met en alerte toute la ville
En matière de sabotage informatique, il y a bien plus efficace qu’un hacker…
Une photo de nouveaux élus faisant des doigts d’honneur déclenche un scandale dans l'Oise
Ce légume est le plus utile pour la santé, affirme un docteur russe
Tags:
cybersécurité, hackers, Pentagone, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook