International
URL courte
13381
S'abonner

En s’exprimant lors d’une session plénière du Parlement européen, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a qualifié l’homme d’affaires américain George Soros d’ennemi de la monnaie unique européenne.

Des débats sur la politique intérieure des autorités hongroises se tiennent ce mercredi au Parlement européen. Lors d'une session plénière, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a évoqué l'homme d'affaires américain George Soros.

« George Soros est un spéculateur américain qui a brisé la vie de millions d'Européens par ses spéculations financières et qui a même imposé des amendes à la Hongrie. Il est un ennemi de l'euro », a déclaré Viktor Orban.

Le Premier ministre hongrois a indiqué que malgré tout cela, George Soros était toujours chaleureusement accueilli à Bruxelles. Selon Viktor Orban, l'homme d'affaires américain essaie de transférer près d'un million de réfugiés par an dans l'Union européenne, via des organisations non gouvernementales contrôlées.

La loi hongroise sur l'enseignement supérieur permettant de fermer l'Université d'Europe centrale (CEU), appartenant à un fonds de George Soros, fait débat au sein des autorités européennes. Selon le premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans, les commissaires européens attendent des clarifications de la part de Budapest.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Les ONG de Soros irritent de plus en plus l'Europe
Militants US: Obama et Soros responsables du coup d’État en Ukraine
Une pétition appelle à expulser Soros des États-Unis
Macédoine: les fondations de Soros responsables pour la crise, selon l’ex-PM
Tags:
réfugiés, George Soros, Viktor Orban, Hongrie, Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook