International
URL courte
5210
S'abonner

Dix jours après la dernière attaque chimique, Daech a à nouveau lancé des bombes au gaz moutarde sur les quartiers de Mossoul. Il s'agit de la huitième attaque aux substances chimiques perpétrée par les extrémistes à Mossoul.

Dimanche soir, les terroristes de Daech ont perpétré une nouvelle attaque chimique contre l'armée irakienne et les civils, a annoncé à Sputnik une source renseignée.

Des bombes au gaz moutarde ont été lancées sur le quartier d'Al-Thawra, dans le sud-ouest de Mossoul. Comme le précise l'interlocuteur de l'agence, deux personnes ont été intoxiquées. Une des victimes, Mirwan, a été transportée d'urgence à l'hôpital d'Irbil (Kurdistan irakien).

Il s'agit de la huitième attaque chimique perpétrée par les terroristes qui cherchent à empêcher les civils de quitter les quartiers contrôlés par Daech pour rejoindre ceux repris par l'armée. Avec ces attaques, les djihadistes tentent en outre d'entraver la progression de l'armée irakienne.

L'attaque aux substances chimiques précédente remonte au 22 avril dernier.

La ville de Mossoul est en passe d'être reprise par les troupes irakiennes. Comme l'assurent des sources militaires locales, lancée en octobre dernier, l'offensive visant à déloger les terroristes de Daech de cette ville irakienne devrait être achevée d'ici fin mai.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Des armes «made in Daesh» testées à Mossoul
Comment Daech utilise son réseau de tunnels sous Mossoul
Les habitants de Mossoul-Ouest tiraillés par la faim. Témoignages
Une boulette de BFM TV fait voir rouge à Jean-Luc Mélenchon
Tags:
terrorisme, victimes, attaque chimique, gaz moutarde, Etat islamique, Irak, Mossoul
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook