International
URL courte
3122
S'abonner

Les représentants de l’opposition syrienne ont confirmé leur participation aux négociations d’Astana. Des pourparlers de haut niveau auront lieu le 3 et 4 mai dans la capitale du Kazakhstan. Plusieurs factions rebelles syriennes n’avaient pas pris part au précédent cycle de pourparlers, qui s’était tenu mi-mars.

L'opposition syrienne a confirmé sa participation aux pourparlers d'Astana, a déclaré aux journalistes Mukhtar Tleuberdi, ministre adjoint des Affaires étrangères du Kazakhstan. Le pays accueille en effet le quatrième cycle de négociations entre le gouvernement et l'opposition à Astana et une partie de l'opposition avait boudé le précédent round de pourparlers.

« Oui, elle est prévue (la participation de l'opposition, ndlr), ils l'ont confirmé. Nous les attendons » a souligné Mukhtar Tleuberdi.

Selon ministre adjoint des Affaires étrangères du Kazakhstan, l'opposition pourrait arriver à Astana prochainement. La délégation devrait être dirigée par Mohammad Allouche, un représentant du groupe « Jaysh al-Islam ».En janvier 2017, la branche de « Jaysh al-Islam » à Idleb avait rallié « Ahrar al-Cham ».

La délégation syrienne gouvernementale dirigée par Bashar Jaafari, représentant permanent auprès de l'ONU, est déjà arrivée à Astana. Mardi soir, l'envoyé spécial de l'ONU, Staffan de Mistura, se joindra aux négociateurs. La délégation russe sera dirigée par l'envoyé spécial du Président sur la Syrie, Aleksandr Lavrentiev.

La réunion des experts des pays garants (Russie, Iran et Turquie) aura lieu le 2 mai. Des pourparlers de haut niveau sont prévus du 3 au 4 mai.

La première session des négociations intersyriennes à Astana s'est déroulée fin janvier dernier. Au cours du deuxième round de négociations qui s'est tenu en février, les parties concernées ont défini la composition du groupe d'observation réunissant des représentants de Moscou, d'Ankara et de Téhéran.

Mi-mars, des délégations du gouvernement de Damas, de l'opposition syrienne et des pays médiateurs, à savoir la Russie, l'Iran et la Turquie, se sont encore réunies à Astana pour tenter de trouver une solution à la guerre qui a fait plus de 320 000 morts en Syrie depuis 2011.

Les participants aux discussions ont réussi à dresser une carte unique reflétant le déploiement de combattants extrémistes en Syrie, notamment les positions des djihadistes de Daech. Les négociations ont également porté sur la mise en place de la commission constitutionnelle et d'un groupe de travail pour l'échange de prisonniers de guerre.

Les succès des rencontres d'Astana ont permis d'établir un cessez-le-feu avec tous ceux qui ont accepté de rejoindre l'accord de trêve, ils ont ouvert la voie à la relance des pourparlers de Genève entre le gouvernement syrien et l'opposition. Et de l'aveu de Staffan de Mistura, envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, le rôle d'Astana a été réellement positif et même crucial, ce qui laisse entrevoir des possibilités d'une paix durable.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Tillerson lève le voile sur les prochaines actions US en Syrie
«Les USA doivent comprendre que le temps de fomenter des rébellions est révolu»
La Russie veut s'impliquer dans le règlement libyen
Syrie: les positions des djihadistes et de l'opposition démêlées?
Tags:
expert, guerre civile, négociations, ONU, Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (Coalition nationale syrienne), Staffan de Mistura, Astana, Kazakhstan, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook