International
URL courte
13939
S'abonner

La Belgique et la France sont impliquées dans l'affaire du Kazakhgate qui dégénère en scandale politique. Il s'agit de l'implication de hauts fonctionnaires des deux pays, dont l'ex-ministre de l'Intérieur de Sarkozy, dans l'abandon frauduleux des charges à l'encontre du businessman d'origine ouzbeko-kazakh Patok Chodiev.

De nouvelles circonstances dans l'affaire du Kazakhgate ont été révélées par Le Vif/L'Express et De Standaard. Deux nouveaux documents témoigneraient du rôle central de Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy dans cette affaire. Mercredi, il a été interrogé par la commission d'enquête parlementaire. Revenons un peu sur les origines du Kazakhgate.

Initialement, la France était en train de négocier avec le Kazakhstan un contrat à neuf chiffres pour la vente de 45 hélicoptères de la compagnie Eurocopter. Le dirigeant kazakh aurait fait allusion à un moyen efficace d'accélérer la signature du contrat aéronautique : il s'agissait de sauver d'une condamnation en Belgique un trio de milliardaires kazakhs, amis du Président. Ce serait Patok Chodiev, un homme d'affaires d'origine ouzbeko-kazakh qui aurait influencé le dirigeant kazakh Noursoultan Nazarbaiev pour qu'il propose cette solutionOr, les charges de Chodiev ont été levées en un temps record. Le businessman, qui possède un passeport belge depuis 1997, est le numéro deux dans la liste des Belges les plus riches.

Claude Guéant, alors ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy, lequel était un ami de Nazarbaiev, est aujourd'hui soupçonné d'avoir été l'une des figures centrales de ce trafic d'influence présumée, précise la RTBF. À cause de l'implication directe de l'ex-ministre, le dossier Kazakhgate atteint déjà le niveau gouvernemental des deux pays et devient une affaire nationale.

Parmi les documents présentés par Le Vif, on trouve une carte manuscrite de M. Guéant suite à la transaction pénale conclue en juin 2011 au parquet de Bruxelles par le trio kazakh. La carte a été envoyée à Damien Loras, alors conseiller diplomatique à l'Élysée en date du 18 août 2011. On peut y lire :

« Cher Damien,

J'ai eu A. De Decker au téléphone. C'est vrai que lui et son équipe ont fait un magnifique travail qui ne peut que servir les intérêts de la France… Mon souci maintenant est très prosaïque : c'est que les avocats qui ont travaillé pour Chodiev soient maintenant rémunérés… Pouvez-vous toucher ou faire toucher Chodiev?

Amitiés. CG »

Par conséquent, Le Vif s'interroge sur le rôle joué par Claude Guéant : est-il le cerveau du Kazakhgate?

En Belgique, Armand De Decker, ex-Président du Sénat belge, est soupçonné de trafic d'influence au profit d'un État étranger. Selon certains médias, ce serait lui qui aurait favorisé l'abandon des poursuites pénales de Patok Chodiev. De Decker aurait reçu des honoraires de 740 000 euros pour 350 heures d'aide juridique, ce qu'il dément. L'homme d'affaires et ses deux collègues ont versé un total de 23 millions d'euros au trésor belge.

De même, le ministre belge actuel des Affaires étrangères (alors ministre des Finances) Didier Reynders aurait également joué un rôle dans le Kazakhgate, précise Le Vif.

Pourtant, MM. De Decker et Reynders affirment ne pas être liés à cette affaire. Afin de faire la lumière sur le dossier, le Parlement belge a mis en place en 2016 une commission d'enquête spéciale, laquelle a entendu ce mercredi Claude Guéant.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Le Qatar devient le plus gros actionnaire de la Deutsche Bank
Après le Penelope Gate, le Macron Gate? Une pétition appelle à enquêter sur Macron
Office HLM de Pantin, une «entreprise familiale» et lucrative?
Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Tags:
implication, affaires, fonds, achat, action en justice, contrat, Kazakhstan, Belgique, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik