Ecoutez Radio Sputnik
    Idlib

    «La Russie peut prouver que l’attaque chimique à Idlib est une provocation»

    © AFP 2019 Omar Haj Kadour
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    47654

    La Russie se dit en mesure de prouver que l’attaque chimique à Idlib constitue une provocation, affirme le chef de la délégation russe aux négociations d’Astana, Aleksandr Lavrentiev.

    La Russie détient des preuves tangibles que les événements à Khan Cheikhoun n'étaient que des provocations, a déclaré Aleksandr Lavrentiev, envoyé spécial du Président russe et chef de la délégation russe aux négociations d'Astana.

    « C'est une pure provocation de la part des personnes et des institutions qui ne sont pas intéressées à rétablir la paix en Syrie. Mais malheureusement, toutes nos explications, nos arguments, nos tentatives pour prouver quoi que ce soit sont vains en raison de l'incompréhension de l'Occident », a indiqué l'envoyé, tout en soulignant que la Russie n'allait pas jeter l'éponge et tenterait de faire fléchir la position des pays occidentaux.

    Mardi 4 avril, une frappe aérienne sur la ville de Khan Cheikhoun dans la province d'Idlib, en Syrie, a été suivie par l'intoxication aux produits chimiques de nombreux habitants.

    Des sources locales proches de l'opposition imputent la responsabilité aux forces gouvernementales syriennes. Celles-ci rejettent ces accusations et expliquent que le bombardement aérien sur Khan Cheikhoun a touché un entrepôt d'armes chimiques de groupes terroristes, dont les agents actifs ont alors contaminé la population.

    Les États-Unis ont effectué, dans la nuit du 6 au 7 avril, une frappe de missiles contre la Syrie, accusant le gouvernement de Bachar el-Assad d'avoir eu recours à des armes chimiques à Khan Cheikhoun, où, selon des sources locales proches de l'opposition, une attaque aurait fait 80 morts et 200 blessés. La Russie a critiqué la démarche de Washington et a réclamé des preuves de l'implication de Damas dans cette attaque présumée.

    Les autorités russes demandent une enquête impartiale sur cette affaire, avec l'implication de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). En l'absence d'une telle enquête, l'origine de l'intoxication aux produits chimiques des habitants de Khan Cheikhoun reste donc controversée.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    Poutine exhorte à trouver et punir les coupables de la tragédie d’Idlib
    Attaque d’Idlib: des experts français décryptent les incohérences du rapport de Paris
    Opposant syrien sur l’attaque d’Idlib: «Il faut un comité d’enquête impartial»
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    attaque chimique, Khan Cheikhoun, Idlib, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik