International
URL courte
13193
S'abonner

Après avoir accusé les États-Unis et la Corée du Sud de vouloir tuer Kim Jong-un, Pyongyang attend les excuses de Washington.

Washington devrait présenter ses excuses et punir les personnes qui cherchent à organiser une attaque contre le président nord-coréen Kim Jong-un, stipule un communiqué diffusé par l'agence officielle KCNA.

Le ministère nord-coréen de la Sécurité de l'État « va balayer de la surface de la terre » les agences de renseignement des États-Unis et de la Corée du Sud, et détruire tous les agents ennemis dans le pays « jusqu'au dernier», a annoncé Pyongyang qualifiant Washington d' « organisateur en coulisses d'actes monstrueux de terrorisme d'État contre la Corée du Nord, qui n'échappera pas au châtiment ».

Pyongyang a accusé vendredi la CIA d'avoir ourdi un complot pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-un.

Selon le ministère nord-coréen de la Sécurité de l'État, la CIA et les renseignements sud-coréens ont préparé « un complot vicieux » impliquant des « substances biochimiques » pour assassiner le dirigeant nord-coréen lors de cérémonies à Pyongyang. Pourtant, aucune précision n'est donnée sur la façon dont ce complot aurait été déjoué.

La Maison-Blanche et la CIA se sont refusées à tout commentaire.

L'accusation de complot survient au moment la tension monte sur la péninsule coréenne, provoquée par l'intensification des essais de missiles par la Corée du Nord et par les déclarations du Président américain Donald Trump, qui se dit prêt à régler seul, et au besoin par la force, la question nord-coréenne.

Certains experts considèrent que la Corée du Nord est sur le point de réaliser un sixième essai nucléaire.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Pyongyang: la Corée à deux doigts d’une guerre nucléaire à cause des USA
Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
excuses, complot, CIA, présidence américaine, Kim Jong-un, États-Unis, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook