International
URL courte
332
S'abonner

N’importe quel internaute pourrait facilement obtenir un faux passeport du Royaume-Uni. La seule condition est de débourser 750 livres sterling, une somme assez modique.

De toute évidence, obtenir un faux passeport britannique est un jeu d'enfant. Selon le chef d'Europol Rob Wainwrigh, les papiers d'identité se vendent sur le Web caché pour un montant de 750 livres sterling (885 euros). Ainsi, même des terroristes seraient capables de devenir citoyens du Royaume-Uni.

« Il existe une plate-forme criminelle d'affaires qui constitue un problème important. Des criminels ainsi que des terroristes pourront acquérir des objets pour commettre leurs crimes en toute sécurité », assure M. Wainwrigh.

D'après lui, des malfaiteurs utilisent le logiciel pour rester anonymes. Les services de sécurité trouvent qu'il est assez difficile de couper court aux activités de ces « hommes d'affaires ».

« On se demande comment le Web caché s'est transformé en environnement criminel clandestin d'envergure », a précisé le chef d'Europol.

Et d'ajouter qu'il existe des marchés vendant des « marchandises » telles que de la drogue, des armes, de la pédopornographie ou des cartes d'identité volées.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La reconnaissance des passeports des Républiques du Donbass est «purement humanitaire»
Deux Français reçoivent des passeports de la République populaire de Donetsk
Syrie: les locaux se débarrassent des passeports conçus par l'opposition
Il refuse de présenter son pass sanitaire à une salle de sport et menace de tuer tout le monde
Tags:
Royaume-Uni, passeports, criminels, terrorisme, Internet, carte d'identité, drogue, vente d'enfants
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook