Ecoutez Radio Sputnik
    Un diadème en or orné de 367 diamants volé en Allemagne

    Un diadème en or orné de 367 diamants volé en Allemagne

    © REUTERS/ Michaela Rehle
    International
    URL courte
    447

    Un bijou d’une valeur de 1,2 million d’euros a été volé dans un musée à Karlsruhe, en Allemagne. Il s’agit d’un diadème conçu en or et en platine et orné de 367 diamants, selon une source policière.

    Un diadème en platine et en or orné de 367 diamants et d'une valeur estimée à 1,2 million d'euros a été volé dans la Salle du Trône du Château de Karlsruhe, situé dans le centre de cette ville allemande, a indiqué ce lundi la police du Bade-Würtemberg.

    Le bijou se trouvait dans une vitrine fermée. Cependant, selon les informations de l'agence dpa [Deutsche Presse-Agentur, ndlr], la serrure n'a pas été cassée par les voleurs. On ignore actuellement si l'alarme a sonné au moment du vol.

    Les employés du musée ont mis du temps pour s'apercevoir de la disparition de cet objet précieux. Ils ne se sont adressés à la police que le 29 avril. La date exacte du vol n'a pas encore été déterminée.

    Ce diadème appartenait à Hilda de Nassau, grande-duchesse de Bade. Il a été créé au début du XXe siècle
    La police du Bade-Würtemberg a ouvert une enquête pour élucider cette affaire.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Des Américains se font braquer pour 400 000 EUR de bijoux à Paris
    Un couple russe attaqué près de Paris, 100.000 euros de bijoux dérobés
    Sécurité renforcée, état d'urgence: 15 M EUR de bijoux braqués à Cannes malgré tout
    En Thaïlande, le voleur des bijoux saoudiens se fait moine
    Tags:
    Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik