Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    Trump dément à nouveau tous liens avec la Russie

    © REUTERS / Joshua Roberts
    International
    URL courte
    493
    S'abonner

    Cela pourrait être drôle, si ce n’était pas si pathétique. Le Sénat des États-Unis a organisé de nouvelles audiences sur l’ «ingérence russe dans la présidentielle américaine». Le président américain dément pour la énième fois, considérant que cette histoire ne sert qu’à gaspiller l’argent des contribuables.

    Le président des États-Unis Donald Trump a qualifié lundi de mensonge absolu les accusations de liens avec la Russie qui le visent.

    « L'histoire sur les liens entre la Russie et Trump est un mensonge absolu. À quand la fin de cette supercherie aux frais des contribuables ? », s'est-il indigné via Twitter.

    Le président américain a également noté que l'ancien directeur du renseignement national des États-Unis, James Clapper, « avait confirmé que tout le monde, médias mensongers compris, savait qu'il n'y avait pas de preuves de liens entre la Russie et Trump ». Il a ajouté que l'ancienne procureure générale par intérim Sally Yates « avait attristé les médias mensongers, car elle n'avait annoncé rien de nouveau ».

    James Clapper et Sally Yates sont intervenus pendant les audiences au Sénat sur la soi-disant « ingérence de la Russie dans les élections américaines ». Pendant les audiences, les sénateurs ont interrogé James Clapper sur l'absence de tous liens, passés ou présents, entre Donald Trump et la Russie.

    « C'est ainsi », a confirmé M. Clapper.

    Le 6 janvier, la CIA, le FBI et l'Agence nationale de la sécurité (NSA) ont publié un rapport accusant la Russie d'ingérence dans la présidentielle américaine. Cependant, les services en question ont refusé de fournir des preuves, invoquant le caractère secret du document. Les services secrets américains fondent leurs déductions sur « les opérations secrètes de la Russie pour influer sur les élections » à partir des reportages de la télévision russe et de publications sur les réseaux sociaux. Pratiquement la moitié du rapport était consacrée à la chaîne de télévision RT et à l'agence Sputnik, et les données citées au sujet de RT dataient de cinq ans déjà.

    Commentant ces allégations, le président Vladimir Poutine a déclaré que les données divulguées suite aux attaques informatiques ne servaient en rien les intérêts de la Russie et que l'hystérie autour de l'affaire avait pour but de détourner l'opinion publique du contenu des documents. Le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a affirmé pour sa part que les allégations visant Moscou étaient « dénuées de tout fondement ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Des congressistes US déçus par l'enquête du FBI sur l'«ingérence russe»
    La soi-disant «ingérence russe» viendra alourdir le budget US
    Un congressiste US refuse de diriger l’enquête sur l’«ingérence russe»
    Fox News a cherché en vain une «ingérence russe» dans les élections US
    Tags:
    élection présidentielle, ingérence, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), FBI, CIA, Sally Yates, James Clapper, Donald Trump, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik