Ecoutez Radio Sputnik
    Un sous-marin, image d`illustration

    Incident du sous-marin chinois: pas d’impact sur la coopération Pékin-Colombo

    CC0
    International
    URL courte
    33449416

    Le Sri Lanka a refusé une escale à un sous-marin chinois sans en donner les raisons, alors que le Premier ministre indien Narendra Modi, dont le pays est le grand rival régional de la Chine, se trouvait à Colombo. Dans un entretien avec Sputnik, l’experte russe Tatiana Chaoumian n’a pas exclu une pression exercée par l’Inde.

    L'incident du sous-marin chinois est survenu à la veille de la visite à Pékin du Président du Sri Lanka, Ranil Wickremesinghe, à l'occasion du forum « une Ceinture, une Route » et pourrait s'expliquer par une pression exercée par l'Inde qui considère toujours le Sri Lanka comme étant dans sa zone d'influence, a déclaré à Sputnik Tatiana Chaoumian, de l'Institut russe des études orientales.

    « New Delhi aurait pu faire pression sur Colombo à cause des tensions dans les relations sino-indiennes, pour s'opposer notamment à la promotion active par la Chine de son projet de Route de la soie dans la région. […] Quoi qu'il en soit, l'Inde n'y peut rien en réalité », a estimé l'interlocutrice de l'agence.

    Et d'ajouter que la situation dans la région était loin d'être simple, et que les futurs exercices militaires conjoints de l'Inde avec le Japon, les États-Unis et l'Australie pourraient eux aussi s'expliquer par le rôle croissant de la Chine dans cette partie du monde.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, Ren Yuanzhe, expert à l'Académie diplomatique chinoise, s'est déclaré pour sa part persuadé que l'initiative « une Ceinture, une Route » (« One Belt, One Road », raccourci en « Obor »), d'une pomme de discorde, devait se transformer en champ de coopération entre la Chine et l'Inde.

    « J'espère que la coopération sino-chinoise va largement contribuer à la construction de la Route de la soie. L'initiative « une Ceinture, une Route » signifie l'ouverture et non l'intolérance envers les autres », a souligné l'expert.

    Les 14 et 15 mai, Pékin va accueillir de nombreux chefs d'État et de gouvernement étrangers pour évoquer son programme de « nouvelles routes de la soie ». La Chine réunit une soixantaine de pays du monde pour faire la promotion de son projet Obor, destiné à regrouper le développement d'infrastructures dans le domaine du transport, de l'énergie, des télécommunications et la construction de parcs industriels. La discussion sur la création de zones de libre-échange avec les représentants d'une vingtaine de pays sera au centre des débats.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Nouvelle route de la soie considérée comme un projet économique phare de notre siècle
    Une Route de la Soie vers l’Europe centrale et orientale
    Une nouvelle Route de la Soie reliera l’Asie à l’Europe
    Tags:
    forum, libre-échange, coopération, projet, Grande Route de la Soie, Sputnik, Tatiana Chaoumian, Ranil Wickremesinghe, Ren Yuanzhe, Colombo, Sri Lanka, New Delhi, Pékin, Chine, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik