Ecoutez Radio Sputnik
    Moon Jae-In

    THAAD, «femmes de réconfort»: la tâche du Président sud-coréen n’est ni facile ni simple

    © REUTERS / Ahn Young-joon
    International
    URL courte
    260
    S'abonner

    Le nouveau Président sud-coréen Moon Jae-In est confronté à une multitude de problèmes, dont ceux liés au déploiement du bouclier antimissile américain THAAD, aux «femmes de réconfort» et à la Corée du Nord, a déclaré à Sputnik l’expert japonais Hideki Okuzono, de l’Université de Shizuoka.

    Bien que le Japon estime que le problème des « femmes de réconfort » ait été résolu de façon définitive par un accord conclu entre Séoul et Tokyo en 2015, la plupart des Sud-Coréens ne l'acceptent pas car il a été conclu par leur précédent gouvernement, a rappelé à Sputnik Hideki Okuzono, expert nippon en relations internationales.

    « Le camp du nouveau Président Moon Jae-In est aussi divisé sur cette question en partisans d'une ligne intransigeante et en réalistes. Qui va gagner ? À mon avis, il faut étudier encore une fois le document pour y apporter certains amendements qui persuadent les Coréens de l'accepter », a relevé l'interlocuteur de l'agence.

    En attendant, le Président Moon Jae-in a même fait allusion devant les journalistes à la possibilité d'annuler l'accord signé avec le Japon sur l'esclavage sexuel de femmes coréennes au cours de la Seconde Guerre mondiale.

    L'universitaire japonais a aussi évoqué le problème du déploiement du bouclier antimissile américain THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) en Corée du Sud qui est encore plus conflictuel que celui des « femmes de réconfort ».

    « On comprend bien que le THAAD ne sera pas non plus retiré de Corée du Sud sous le Président Moon, car ce système a été créé dans le cadre de l'alliance américano-sud-coréenne pour garantir la sécurité de la Corée du Sud. La Chine le comprend également, mais ne cesse de faire pression sur Séoul », a-t-il fait remarquer.

    Selon l'analyste, Pékin s'emploie à diviser la société sud-coréenne entre partisans de la Chine et des États-Unis.

    Pour ce qui est de l'attitude à adopter face à la Corée du Nord, Hideki Okuzono constate qu'il y a en Corée du Sud des partis de gauche qui prônent la reprise du dialogue entre le Sud et le Nord avec la participation des États-Unis.

    « Il s'agit notamment de la reprise du tourisme dans les monts Kumgang et des travaux dans la zone industrielle de Kaesong. Quant aux contacts touristiques, une entente y serait peut-être possible, mais tel n'est certes pas le cas de Kaesong, les États-Unis sont catégoriquement opposés à ce que les ouvriers nord-coréens puissent travailler à l'étranger et gagner des devises pour leur pays », a résumé l'analyste.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Séoul veut régler le dossier THAAD en coopération avec les USA et la Chine
    THAAD: Trump réussira-t-il à faire payer Séoul?
    Accord historique entre Séoul et Tokyo sur les "femmes de réconfort"
    Tags:
    défense antimissile, déploiement, Femmes de réconfort, système antimissile THAAD, Université de Shizuoka, Sputnik, Hideki Okuzono, Moon Jae-in, Tokyo, Japon, Kaesong, États-Unis, Pékin, Chine, Séoul, Corée du Sud, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik