Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron à Berlin

    Emmanuel Macron à Berlin: vers une réforme des traités européens?

    © AFP 2017 John Macdougall
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    15971222

    Au lendemain de la rencontre entre Angela Merkel et Emmanuel Macron, la presse française ne tarit pas d’éloges sur l’effet provoqué par le nouveau chef de l’État sur la chancelière allemande. Celle-ci a en effet déclaré qu’il était « possible de changer les traités », répondant ainsi à un souhait d’Emmanuel Macron.

    Reste cependant à savoir si on passera des paroles aux actes. « Notre devoir pour les années à venir est d'organiser un acte de refondation de l'Union européenne et de la zone euro. »

    Emmanuel Macron n'y est pas allé par quatre chemins, hier, lors de la conférence de presse qui a suivi sa rencontre avec Angela Merkel. Le président français et la chancelière allemande ont montré, dans leurs discours respectifs, une volonté commune de réformer l'Union européenne et la Zone euro autour d'une relation franco-allemande renforcée. Une conférence au cours de laquelle les deux chefs d'État ont évoqué avec insistance la « feuille de route » qu'ils entendent mettre en place pour l'Union et le « travail commun » entre Paris et Berlin.

    Des grandes lignes, des « projets bilatéraux susceptibles d'imprimer une nouvelle dynamique », qui comme l'explique Angela Merkel, fera l'objet de plus amples discussions lors d'une rencontre ministérielle franco-allemande après les législatives françaises. Parmi les points évoqués entre les deux personnalités politiques: la « réciprocité commerciale », le « droit d'asile commun », la mise en œuvre par la France et l'Allemagne d'une politique étrangère « plus cohérente », la lutte contre la bureaucratie ou encore la directive « travailleurs détachés », contre laquelle s'était prononcé la plupart des candidats à la présidentielle française.

    Des points « qui auront un impact sur la vie quotidienne de nos concitoyens et de nos entreprises » de l'aveu du Président, « et sur lesquels nous avons besoin d'un plus grand pragmatisme et réalisme européen. »

    Autre point particulièrement souligné dans la presse, les déclarations d'Angela Merkel concernant la modification des traités européens « à moyen terme ». En effet, celle-ci déclare, que « du point de vue allemand, il est possible de changer les traités, si cela fait sens », en réponse à la question d'un journaliste français concernant les mesures proposées par Emmanuel Macron comme l'instauration d'un « budget de la zone euro » afin de soutenir les pays en difficulté, un système dit de « solidarité » envers lequel l'Allemagne s'est toujours montrée particulièrement méfiante, craignant d'en être le principal — voir l'unique — contributeur.

    Pour autant, « rien n'est programmé » comme souligne François Lafond, conseiller Europe pour l'institut Jean Lecanuet et maître de conférences à Sciences-Po. S'il juge « plutôt positifs » les messages envoyés par Angela Merkel au nouveau président de la République, il tient à rester prudent sur ce qui est salué par la presse comme une annonce de réforme des traités européens. En cause notamment, un calendrier politique particulièrement serré de part et d'autre du Rhin, avec des législatives début juin en France et fin septembre en Allemagne. Un scrutin fédéral dans lequel Angela Merkel, chancelière depuis 12 ans, remet en jeu son mandat.

    « Cela a été mentionné comme une éventualité, ce n'est absolument pas encore à l'ordre du jour. Je crois que c'est simplement un élément de langage, un signe d'ouverture de la part de la chancelière qui a explicité qu'effectivement, s'il n'était pas possible dans le cadre des traités actuels de lancer un certain nombre de réformes, il n'y avait pas de tabou. »

    Pas de tabou à condition d'obtenir des résultats. Un point sur lequel Emmanuel Macron et Angela Merkel tombent d'accord: « L'un est l'autre nous sommes convaincus que nous avons besoin de résultats de court terme, mais également de vraies transformations, d'une vraie refondation de l'Europe », explique le président.

    Des résultats qui devraient se traduite en politique intérieure, dès l'été: « l'agenda français sera un agenda de réformes dans les prochains mois […] non pas parce que l'Europe le demande, mais parce que la France en a besoin ».

    Il faut dire que cette volonté de réforme « en profondeur », « en matière économique, sociale et éducative », s'inscrit bien dans « une volonté de rééquilibrage des relations Franco-allemandes. » Un rééquilibrage, qui pour reprendre les termes de la chancelière allemande « implique que la France lance une série de réformes ».

    Du côté de Berlin, l'issue du scrutin allemand ne sera pas aussi déterminante que le fut l'élection présidentielle française en matière de politique européenne. En effet, face à Angela Merkel, Martin Schulz, l'ancien président du Parlement européen qui avait quitté ses fonctions fin novembre afin de se consacrer pleinement à sa carrière politique en Allemagne.

    Ainsi, malgré le « Brexit » et une montée de la contestation de l'Union européenne en Europe, le ciel semble bien dégagé pour les tenants d'une ligne fédéraliste. Comme le soulignait la chancelière, « les élections françaises, les élections néerlandaises, ont montré aux Allemands le trésor que représente l'Europe. »

    Lire aussi:

    Les félicitations continuent d'affluer suite à la victoire de Macron
    Macron élu: les félicitations de Pyongyang arrivent enfin
    Au téléphone avec Macron, Xi Jinping lui propose de construire la route de la soie
    Emmanuel Macron : Président mal élu ?
    Tags:
    réformes, Angela Merkel, Emmanuel Macron
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik