Ecoutez Radio Sputnik
    Margarita Simonian

    «Aucune organisation d'information qui se respecte ne fait confiance à la CIA»

    © Sputnik.
    International
    URL courte
    41852380

    Aucune organisation d'information qui se respecte ne doute de l'ingérence dans la présidentielle US? La rédactrice en chef de RT et de Sputnik a rectifié cette déclaration de la CIA, soulignant qu'aucun média qui se respecte ne faisait confiance à l'Agence centrale de renseignement américaine (CIA).

    La rédactrice en chef de RT et de Sputnik Margarita Simonian a commenté la déclaration de l'Agence centrale de renseignement (CIA) sur la prétendue ingérence de la Russie dans la présidentielle américaine qui, selon cette dernière, ne devait faire aucun doute et était un fait « connu de tous ».

    « Aucune organisation d'information qui se respecte ne fait confiance à la CIA. Ainsi c'est correct », a-t-elle écrit sur son compte Facebook, commentant la publication de RT sur la réaction de la CIA face à la déclaration d'un ex-agent de renseignement américain, Ray McGovern, qui a déclaré à l'antenne de la chaîne que l'administration de l'Agence pouvait elle-même s'ingérer dans le scrutin présidentiel dans le pays.

    Ни одна уважающая себя новостная организация не доверяет ЦРУ. Вот так правильно.

    Publié par Margarita Simonyan sur mardi 16 mai 2017

    M. McGovern a rappelé que l'une des dernières révélations de WikiLeaks témoignait que la CIA avait à son actif un programme qui lui permettait de masquer ses actions sur la Toile. Ainsi, cette dernière est capable de dissimuler l'origine des créateurs de logiciels nocifs, en les faisant passer pour des Russes, des Chinois, etc.

    « En réalité, "l'ingérence" russe [dans la campagne 2016, ndlr] était effectuée par le chef de la CIA, John Brennan », a indiqué M. McGovern.

    À la demande de RT de commenter cette déclaration, la CIA a rétorqué que la responsabilité russe dans la cyberattaque survenue pendant la présidentielle américaine était un « fait connu de tous » et qu'aucune « organisation d'information qui se respecte ne doute de la culpabilité de la Russie ».

    Fin décembre 2016, l'administration de Barack Obama, le Président américain de l'époque, a décrété des sanctions contre neuf établissements, compagnies et personnes physiques russes et ce pour « ingérence dans les élections » et « pressions sur des diplomates américains » travaillant en Russie. Parallèlement, le Congrès américain a annoncé son intention de mener sa propre enquête au sujet de l'« ingérence russe ».

    Pour le moment, les autorités américaines n'ont livré aucune preuve de l'implication de la Russie dans les cyber-attaques ayant pour but d'influencer les résultats de la présidentielle. Face à ces allégations, Vladimir Poutine a déclaré que les données piratées et rendues publiques ne servaient en rien les intérêts de la Russie et que l'hystérie autour de l'« ingérence russe » avait pour but de détourner l'attention des électeurs du contenu des documents piratés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    La Main du Kremlin a tremblé, «les candidats pro-Poutine» ont échoué
    La "menace russe" largement exagérée par la CIA

    Lire aussi:

    Pour la CIA, la menace d'une «ingérence» russe pèse toujours sur les États-Unis
    Assange: la CIA, «agence de renseignement la plus dangereuse et la plus incompétente»
    Les «hackers russes» inventés? Les USA n'ont informé Moscou d'aucune cyberattaque russe
    Simonian en voudra à James Clapper s'il ne lui consacre pas un chapitre dans ses mémoires
    Aux USA, 20 M USD exigés pour contrer la «menace russe»
    Tags:
    médias, ingérence, chaîne de télévision russe RT, CIA, Ray McGovern, Margarita Simonian, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik