Ecoutez Radio Sputnik
    Corée du Nord

    CNN: le nouveau tir de missile balistique nord-coréen est un «doigt d’honneur» à Trump

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    28202
    S'abonner

    L’actuel dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un semble ne pas avoir peur de Donald Trump. Le missile balistique, probablement capable d’atteindre les États-Unis, tiré dimanche 14 mai, en est une preuve manifeste.

    Le nouveau tir d'un missile balistique intercontinental (ICBM) effectué par la Corée du Nord, dimanche 14 mai, est « une manifestation flagrante de protestation » contre les tentatives du Président américain Donald Trump de freiner les ambitions nucléaires de la Corée du Nord, écrit la chroniqueuse de CNN Nicole Gaouette. La journaliste rappelle que ce tir d'un missile de moyenne portée Hwasong-12 a été le plus réussi et marque une étape importante dans sa quête d'un ICBM qui pourrait atteindre le continent américain et capable de porter une tête nucléaire.

    En même temps, Mme Gaouette met l'accent sur le fait qu'il est difficile de stopper Pyongyang. Il suffit de rappeler les menaces de Donald Trump concernant les mesures militaires contre les autorités nord-coréennes pour empêcher la création de ces armes nucléaires et de leurs vecteurs.

    « D'une certaine manière, il fait un "doigt d'honneur" à Trump », a déclaré Bruce Klingner, chercheur à l'Heritage Foundation, « au nouveau Président [sud-coréen, ndlr] Moon Jae-in et à la Chine ».

    De plus, le tir du missile a eu lieu malgré les déclarations plus que chaleureuses du nouveau Président de la Corée du Sud Moon Jae-in à l'égard de la Corée du Nord et le fait que la Chine, son plus proche allié, ait accueilli un sommet du commerce international.

    « Si c'était un signal, il aurait pu être adressé à l'un des voisins », a ajouté M. Klingner.

    La Corée du Nord a procédé dimanche à un tir de missile balistique, le premier depuis l'élection du nouveau Président sud-coréen, a annoncé l'armée sud-coréenne dans un communiqué.

    Le missile, tiré vers 05h27, heure locale, depuis Kusong, au nord-ouest de Pyongyang, a effectué un vol de 700 km et atteint une altitude de plus de 2 000 km avant d'atterrir en mer du Japon à près de 500 km du territoire russe. Pourtant, d'après le ministère russe de la Défense, le tir ne présentait aucune menace pour la sécurité de la Russie.

    Le Président russe Vladimir Poutine a qualifié le tir du missile nord-coréen de « contre-productif et dangereux », tout en appelant à arrêter « d'intimider » Pyongyang.

    Les États-Unis estiment que la Corée du Nord représente un danger pour leurs alliés, ainsi que pour la Russie et la Chine, a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche Sean Spicer, en appelant à influer sur Pyongyang à l'aide des sanctions.

    Le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres a dénoncé l'essai du missile et a souligné que des démarches de ce genre violaient les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et « menaçaient la paix et la sécurité dans la région ». Il a appelé Pyongyang à « respecter tous ses engagements internationaux et à revenir sur la voie de la dénucléarisation ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Séoul doute que la Corée du Nord soit capable de ramener ses missiles dans l’atmosphère
    La Corée du Nord derrière la cyberattaque géante WannaCry?
    THAAD, «femmes de réconfort»: la tâche du Président sud-coréen n’est ni facile ni simple
    Essai du missile nord-coréen: une réussite en demi-teinte
    Tags:
    tir de missiles, missiles balistiques, sanctions, Hwasong-12, Donald Trump, Kim Jong-un, Corée du Nord, Corée du Sud, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik