Ecoutez Radio Sputnik
    The day breaks behind the White House in Washington,DC

    «L'enquête de Muller pourrait conduire à la destitution de Trump»

    © AFP 2017 Paul J. Richards
    International
    URL courte
    15328

    La nomination de l'ex-directeur du FBI Robert Muller au poste de procureur spécial chargé d'enquêter sur la prétendue «ingérence de la Russie» dans l'élection présidentielle aux États-Unis pourrait conduire à la destitution du président Donald Trump.

    Estime Andreï Sidorov, responsable de la chaire des organisations internationales et des processus politiques mondiaux à la faculté de politique mondiale à l'université d'État Lomonossov de Moscou (MGU).Le ministère américain de la Justice a nommé l'ex-directeur du FBI Robert Muller au poste de procureur spécial chargé d'enquêter sur la prétendue « ingérence de la Russie » dans l'élection présidentielle aux États-Unis en 2016. Les renseignements américains accusent Moscou d'avoir tenté d'influencer les élections, ce que les autorités russes démentent. Le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a dès le début qualifié ces accusations « d'absolument infondées ».

    La destitution est possible

    « L'enquête de Muller pourrait conduire à la destitution de Trump, c'est un scénario que je n'écarte pas, pense Andreï Sidorov. C'est possible aux USA: on lance la procédure de destitution et on nomme un procureur spécial qui sera chargé de l'affaire ».

    Conformément à la loi américaine, le Congrès peut destituer le président en cas de crimes contre l'État. La Chambre des représentants a déjà destitué deux présidents: Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998. Ces deux présidents ont ensuite été disculpés par le Sénat. Un autre président, Richard Nixon, a démissionné en 1974 face à la menace d'impeachment qui pesait sur lui.

    Le congressiste démocrate Al Green a appelé mercredi à destituer le président Donald Trump.

    « La décision est manifestement prise contre Trump. On ignore comment se conduira le nouveau conseiller spécial. Je ne pense pas qu'il soit l'homme du président », a indiqué Andreï Sidorov en soulignant que désormais la pression sur Trump allait se renforcer: « L'épée de Damoclès pèsera constamment sur sa tête étant donné que la proposition de sa destitution a été soumise hier ».

    Le procès pourrait prendre du temps

    De son côté Valeri Garbouzov, directeur de l'institut des USA et du Canada affilié à l'Académie des sciences de Russie, a déclaré que la décision de nommer Muller montrait que l'atmosphère générale aux USA était « anti-Trump », mais qu'il ne fallait pas tirer de conclusions trop hâtives sur les résultats de l'enquête.

    « Il faudra observer l'évolution de l'enquête et ses résultats. Ce n'est pas une affaire rapide. Les enquêtes de ce genre, comme on l'a vu par le passé avec la destitution de Bill Clinton, prennent des mois, et toute la procédure de destitution demande un an voire plus. C'est pourquoi il faut voir par où ce procureur commencera, quel dossier il arrivera à composer, puis la réaction de Trump. Elle pourrait être très variable », a noté Valeri Garbouzov.

    « Le procureur affichera démonstrativement son désintéressement, il n'a jamais exprimé d'opinions franchement prorusses ou antirusses et ne le fera pas. Au contraire, il soulignera son indépendance et son objectivité. Il mènera sa ligne à partir de cette position », estime l'expert.

    Lire aussi:

    Le monde perd la tête autour du scandale Trump, mais pas Londres
    Entretien Lavrov-Trump: la Russie pourrait fournir un procès-verbal écrit
    Trump aurait dévoilé à Lavrov les projets de Daech de faire sauter un avion
    Poutine qualifie de schizophrénie le tollé autour des secrets révélés par Trump
    Tags:
    destitution, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik