International
URL courte
9192
S'abonner

Alors que le Président américain Donald Trump est sous le coup de vives critiques et court le risque d’un impeachment pour ses prétendus contacts avec Moscou, une femme politique républicaine accuse Hillary Clinton, fervente opposante de M. Trump, d’être un agent du Kremlin. Ni plus ni moins.

Anna Little, une républicaine de l'État du New Jersey, soupçonne l'ex-candidate au poste de Président américain Hillary Clinton d'entretenir des «  liens avec la Russie  », relate RT.

Mme  Little accuse «  l'agent Clinton  » de vouloir démanteler les États-Unis à la demande du Kremlin, en appelant les Américains à ne pas soutenir le président Donald Trump, élu de manière légitime.

Cela devrait permettre à la Russie d'élargir son influence et, parallèlement, d'augmenter les versements dans la fondation de la famille Clinton, estime la républicaine.

En attendant, 52  % des Américains estiment que c'est plutôt Hillary Clinton et son mari, ex-Président américain, qui devraient faire l'objet d'une enquête pour complot avec la Russie, selon l'institut Rasmussen Reports.

Les services secrets américains accusent Moscou de tentatives d'influer sur les résultats des élections présidentielles de 2016 aux États-Unis, sans fournir aucune preuve. L'actuel Président Donald Trump est, lui, accusé d'avoir livré des «  secrets  » au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de leur rencontre du 10 mai.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Trump/Russie: le WP publie un enregistrement sans preuves d’authenticité
Hillary Clinton reste muette sur le limogeage de Comey
Clinton blâme le «WikiLeaks russe» et le FBI pour sa défaite, Trump réplique
Pfizer va réduire temporairement ses livraisons de vaccin en Europe
Tags:
Anna Little, Donald Trump, Hillary Clinton, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook