International
URL courte
1038
S'abonner

Les règles confidentielles de Facebook visant à gérer les publications de plus de deux milliards d'utilisateurs ont été pour la première fois révélées dans une enquête du Guardian.

Le journal britannique The Guardian a mis la main sur plus de 100 manuels et d'autres documents donnant un aperçu sans précédent sur comment Facebook gèrent les publications aux caractères haineux, terroristes, pornographiques ou dangereux. Un dossier complet sur ce sujet a été publié.

« Ils montrent les difficultés auxquelles font face les dirigeants de Facebook qui tâtonnent pour réagir aux nouveaux défis comme le "revenge porn" et les défis auxquels font face les modérateurs », lit-on dans l'article du Guardian.

Selon le journal, beaucoup de modérateurs sont inquiets à cause de l'incohérence et de la nature de certaines des politiques. Par exemple, des publications à caractère sexuel figurent parmi les plus « troublantes ».

« Facebook n'arrive pas à contrôler son contenu. La quantité a augmenté à une vitesse fulgurante », indique le Guardian citant sa source.

De plus, très souvent, les employés ne sont pas capables de gérer l'énorme flux d'informations, et ils n'ont que 10 secondes pour prendre une décision.

Selon Monika Bickert, directrice de la politique des contenus de Facebook, l'objectif des instructions est de « simplifier le signalement des problèmes, accélérer la réponse de nos équipes sur les publications qui ne respectent pas nos standards et faciliter le contact avec les autorités si quelqu'un a besoin d'aide ».

Pourtant, ces instructions sont relativement ambiguës. Les commentaires tels que « Quelqu'un doit tuer Trump » doivent être supprimés car le Président américain rentre dans la catégorie des personnalités protégées, explique le Guardian. En revanche, un message du type « Pour rompre le cou d'une s…., appuyez bien au milieu de la gorge » ou « Va te faire f…. et va mourir » ne sera pas censuré car il n'est pas considéré comme une menace crédible.

En outre, les photos ou les vidéos de maltraitance d'enfants, à l'exception des abus sexuels, ne doivent pas être systématiquement supprimées, à moins qu'elles ne soient accompagnées d'un commentaire sadique.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Facebook payera 110 M EUR pour son mensonge sur la fusion avec Whatsapp
Facebook encourage la diffusion des «fake news», d’après Maria Zakharova
Facebook bloque la page du conseiller de Poutine pour l’Internet
Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Tags:
censure, Facebook, Inc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik