International
URL courte
2010
S'abonner

Depuis début avril, rien ne calme les manifestations qui enflamment le sud de la Tunisie, où la situation devient de plus en plus «dangereuse», alors que les garanties du gouvernement et la mise sous contrôle de la zone par l’armée restent sans effet. Sputnik s’en est entretenu avec des experts tunisiens.

Des milliers de personnes en colère ont afflué mardi près de Tataouine, dans le sud tunisien en ébullition, pour assister aux funérailles du manifestant tué la veille lors d'affrontements avec les forces de l'ordre, à proximité d'un complexe pétrolier, après un mois d'un sit-in pacifique motivé par des revendications sociales.

Les observateurs constatent que, dans un pays secoué par de fréquents troubles sociaux depuis la chute de la dictature en janvier 2011, il s'agit des événements les plus sérieux depuis début 2016.

« Dès le départ, le gouvernement n'y a pas porté l'attention nécessaire, ce qui a amené à l'arrêt du complexe pétrolier d'el-Kamour. Finalement, on a dû faire appel à la police et à l'armée, la situation dans la province échappant à tout contrôle », a déclaré à Sputnik Taieb el-Madani, président de la commission sur la législation au parlement tunisien.

Et de prévenir que cela était inadmissible, vu la présence dans cette région d'un grand nombre de soldats qui ne permettraient pas l'ultérieure dégradation de la situation.

Selon un autre interlocuteur de l'agence, le politologue Farid al Alibi, l'escalade de la tension dans la région a plusieurs explications.

« Les gens protestent effectivement contre la répartition injuste des revenus, alors que dans cette région se trouvent 40 % des ressources naturelles du pays. Ensuite, il ne faut pas oublier que cette région était très étroitement liée à la Libye de Mouammar Kadhafi, mais après, la frontière a été fermée, et bien des Tunisiens en sont revenus en chômeurs », a indiqué l'analyste.

Il n'exclut pas que cette flambée de violence puisse s'étendre à terme à l'ensemble de la Tunisie.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
armée, police, protestations, Sputnik, Farid al Alibi, Taieb el-Madani, Tunisie, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook