International
URL courte
8213
S'abonner

Un chef de la police locale aurait été décapité par des islamistes aux Philippines. Selon le président Duterte, c’est l’une des raisons pour lesquelles la loi martiale a été imposée dans le sud du pays.

Des combattants islamistes semant le chaos dans une ville du sud des Philippines ont décapité un chef de la police locale, a déclaré mercredi le président philippin Rodrigo Duterte, cité par l'AFP.

« Le chef de la police de Malabang a été stoppé alors qu'il rentrait chez lui à un point de contrôle opéré par des terroristes et je crois qu'ils l'ont décapité sur place directement », a indiqué le président pour justifier la loi martiale imposée dans le sud des Philippines.

Mercredi, M. Duterte a dû interrompre sa visite à Moscou, où il est venu demander le soutien du président russe Vladimir Poutine dans sa lutte contre Daech. Il est reparti aux Philippines, où des affrontements avec les terroristes sont en cours et font des victimes.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Selon Duterte, «on ne peut se fier qu’à Moscou et Pékin»
Duterte: l’amitié avec Trump m’est chère, mais l’indépendance m’est plus chère encore
Duterte: si les Philippines entrent en conflit avec la Chine, ce sera un carnage
Quand Rodrigo Duterte appelle Xi Jinping à la demande de Donald Trump
Tags:
décapitation, police, Rodrigo Duterte, Philippines
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook